Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de aesymnétès

Le mythe de Aesymnétès



Le surnom de Bacchus

Æsymnétès signifie arbitre élu du combat, dans les jeux. Plus tard, ce nom a été donné en général à tout chef élu. C'est le surnom de Bacchus.
Une statue de Bacchus faite par Vulcain, et donnée par Jupiter à Dardanus, se trouvait à Troie. Elle était renfermée dans un coffre. Cassandre, ou Énée, selon d'autres, l'avait abandonnée lors de sa fuite, sachant bien qu'elle porterait malheur à ceux des Grecs qui la trouveraient. Dans le partage du butin, elle échut à Eurypyle, fils d'Évémon. A peine eut-il ouvert le coffre, qu'à l'aspect de la statue il devint fou. Il se rendit à Delphes, pour savoir de l'oracle comment guérir. La réponse fut qu'il devait consacrer la caisse fatale là où il trouverait des hommes faisant un sacrifice étrange, et rester lui-même en ce lieu. Eurypyle se rendit là-dessus à Aroé, en Achaïe, où les habitants se disposaient à faire à Diane leur sacrifice annuel, qui consistait à immoler le plus beau jeune homme et la plus belle fille. Selon la déclaration de l'oracle de Delhpes, ce sacrifice devait cesser dès qu'un roi étranger apporterait dans le pays une divinité étrangère.


L'accomplissement du miracle

L'oracle se trouva accompli par Eurypyle. Le dieu dont la statue se trouvait dans le coffre fut nommé Æsymnétès, c'est-à-dire Seigneur. Neuf hommes et autant de femmes furent attachés à son service. Tous les ans, à l'époque de la fête qui se célébrait en son honneur, le prêtre, la nuit, sortait la statue du coffre, puis il la faisait promener en procession par tous les enfants de la ville. Ces enfants, couronnés d'épis de blé comme autrefois ceux qu'on destinait au sacrifice, s'arrêtaient aux bords du fleuve Méilichos, suspendaient leurs couronnes, et, après s'être purifiés, en plaçaient d'autres de lierre sur leur tête. Puis ils marchaient vers le temple d'Æsymnétès. A Patræ aussi un temple situé vers la mer lui était consacré. On y portait les statues de Bacchus pendant les Dionysies.


Autres mythes :