Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de ajax (ou aias)

Le mythe de Ajax (ou Aias)



Le fils d'Oilée

Ajax est le fils d'Oilée, roi locrien, et d'Ériopis. Voici sur Ajax la tradition d'Homère.
C'était un des plus intrépides guerriers de l'armée grecque. Il avait conduit à Troie ses Locriens sur une flotte de vaisseaux. Secondé par Ajax, fils de Télamon, il combat au premier rang près des vaisseaux. L'ennemi repoussé, c'est lui qui tue le plus grand nombre de fuyards, puis il se signale parmi les héros qui sauvent le corps le Patrocle et les coursiers d'Achille. Dans les jeux célébrés à l'occasion des funérailles le Patrocle, il dispute le prix de la course Ulysse. Mais Minerve, son ennemie, le fait trébucher, de sorte qu'il n'obtient que le second prix. Lors de son retour, Minerve suscita contre lui une tempête, dans laquelle, sans le secours de Neptune, il eût péri. Ajax s'était réfugié sur un rocher. A peine sauvé du naufrage, il se vanta d'avoir échappé malgré les dieux. Alors Neptune, indigné, frappa de son trident le rocher, qui s'engloutit dans la mer avec Ajax.
D'après Homère, il était le petite taille, mais vaillant, très habile à lancer le javelot, et, après Achille, de tous les Grecs le plus léger à la course.
Suivant les poètes postérieurs, il fut du nombre des prétendants d'Hélène. Un dragon apprivoisé l'accompagnait toujours. Après la prise de Troie, il avait attiré la haine de Minerve sur lui et sur tous les Grecs, en faisant violence à Cassandre, sans égard pour le temple de la déesse, où elle s'était réfugiée, ni pour sa statue, qu'elle tenait embrassée. Les Locriens Opontiens l'honoraient comme un héros national. Aussi, le guerrier qui figure sur leur monnaie avec un casque, un bouclier et une épée, représente probablement Ajax. Pausanias nous rapporte que sur le champ de bataille, les Locriens laissaient toujours une place vide pour lui, comme si son ombre eut combattu encore avec eux.


Le fils de Télamon

Ajax est le fils de Télamon, roi de Salamine et de Péribée, petite-fille de Pélops. Selon Homère, il conduisit les Salaminiens à Troie sur une flotte de 12 vaisseaux. Là le sort le favorise en le désignant pour être l'antagoniste d'Hector dans un combat singulier. Ils combattent entourés des deux armées. Ajax a déjà blessé son adversaire au cou, et l'a terrassé en lui lançant une pierre énorme quand les hérauts les séparent. Les guerriers obéissent, et se font mutuellement des présents. Ce n'est pas la seule fois qu'Ajax se soit mesuré contre Hector. Plus tard, les deux guerriers se rencontrèrent de nouveau près du corps de Patrocle. Aux jeux funèbres, il lutta avec des chances douteuses contre Ulysse et Diomède. Dans la suite, il disputa à Ulysse les armes d'Achille, mais les Grecs et Minerve les adjugèrent à son concurrent, ce qui fut cause de la mort d'Ajax.
Homère le représente comme le premier des guerriers grecs après Achille. Noble de cœur, terrible dans le combat, il dépasse presque tous les autres de la tête et des épaules.
Les poètes postérieurs à Homère racontent qu'étant venu engager Télamon à le suivre dans son expédition contre Troie, Hercule fut reçu chez celui-ci avec beaucoup de bonté. En conséquence, il pria Jupiter de donner à Télamon, qui était sans d'enfants, un fils vaillant et invulnérable. Jupiter exauça sa prière, et pour en donner un témoignage certain, il envoya aussitôt vers eux un aigle. « Tu donneras, dit Hercule à Télamon, au fils que tu auras le nom d'Ajax,ou fils de l'aigle. Ajax était invulnérable, à un seul endroit près.
Pendant la guerre de Troie, il entreprit diverses expéditions contre les peuples voisins. Dans une d'elles, il vainquit Polymnestor, gendre de Priam, qui régnait dans la Chersonèse Thracique, lui prit le jeune Polydore, et fit un grand butin. Toutefois Euripide et Virgile disent que Polymnestor avait tué lui-même Polydore. De là Ajax se dirigea vers la Phrygie, tua dans un combat singulier Téleutas, roi phrygien, dont la fille Tecmesse devint sa captive. Les armes d'Achille ayant été décernées à Ulysse, Ajax fut pris d'un accès de folie furieuse. Il se précipita sur les troupeaux de l'armée, les prenant pour des guerriers, et les immola tous. Revenu à lui, et se voyant exposé à la risée générale, il se précipite sur son glaive, le même qu'Hector lui avait donné après le combat singulier. D'autres disent que ce furent ses compagnons d'armes qui l'assassinèrent, ou bien qu'il mourut des suites d'une blessure que Pâris lui avait faite, ou enfin que les Troyens, voyant qu'il était autrement invulnérable, le lapidèrent. De son sang naquit une fleur.
Malgré l'opposition de Calchas, prétendant que le corps de celui qui avait mis fin lui-même à ses jours ne méritait pas d'être brûlé, ses funérailles furent célébrées avec beaucoup de pompe. Pendant trois jours son corps fut exposé. Ménesthée prononça un discours sur sa tombe. Les princes lui sacrifièrent leur chevelure, et Ulysse déposa en pleurant sur le tombeau les armes d'Achille, cause de la catastrophe. Mais Teucer, frère d'Ajax, les refusa. Selon Pausanias, les armes d'Achille, après le naufrage d'Ulysse, flottèrent vers le tombeau d'Ajax, comme pour attester l'iniquité du jugement qui les avait données à Ulysse. A Salamine et sur le promontoire de Rhœtium des temples lui étaient consacrés. Dans celui de Salamine, on voyait sa statue en bois d'ébène. La mer, plusieurs siècles après, ayant ouvert son tombeau, on y trouva des ossements d'une grandeur gigantesque, que l'empereur romain Hadrien fit recouvrir de terre. De son épouse Glaucé, il eut un fils nommé Æantidès, et de Tecmesse, sa captive, un autre fils du nom d'Eurysacès. Miltiade et Cimon comptaient Ajax parmi leurs ancêtres.


Autres mythes :