Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de alcmaeon

Le mythe de Alcmaeon


Alcmæon est le fils d'Araphiaraüs et d'Ériphyle. Il est également le frère d'Amphiloque, d'Eurydice et de Démonassa.


La vengeance d'Alcmæon

Pour se venger de sa femme qui l'avait poussé à faire partie de la fatale expédition des sept chefs contre Thèbes, Amphiaraüs avait commandé à ses fils de la tuer, dès qu'ils seraient devenus grands. Vint le temps de la guerre des Épigones. Nommé chef de l'expédition, Alcméon, avant de partir pour cette guerre, voulut d'abord accomplir sur sa mère la vengeance prescrite.
Il alla donc chez elle dans ce dessein, mais comme elle s'était revêtue du collier et du péplum d'Harmonie, elle lui persuada aisément de renoncer à la vengeance et de prendre part à l'expédition. Il la tua cependant après la prise de Thèbes ; et comme les Furies ne cessaient de le poursuivre, il eut recours à l'oracle d'Apollon. L'oracle répondit qu'il ne retrouverait le repos que dans un pays que le soleil n'eût pas encore éclairé au moment où avait été commis l'attentat. Après beaucoup de courses, Aleméon rencontra enfin, sur les bords de l'Achéloüs, une terre qui s'était nouvellement formée des alluvions de la rivière, et recouvra là le repos.


Son mariage avec Achéloüs

Il épousa Callirrhoé, fille du fleuve Achéloüs. Il eut d'elle un fils nommé Acarnan, duquel la contrée prit le nom de Acarnanie. Il fut tué par les fils de Phégée, roi d'Arcadie, dont il avait délaissé la fille Arsinoé ou Alphésibée, après l'avoir prise pour femme.
Il paraît qu'à Thèbes un autel lui fut consacré, et qu'on lui attribuait la science de la divination. Chez les Oropiens, au contraire, à cause de son parricide, il n'eut aucune part aux honneurs dont la mémoire de son père et de son frère était l'objet.


Autres mythes :