Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de amazone

Le mythe de Amazone


Les Amazones sont un peuple mythique de femmes guerrières, que les traditions font émigrer du Caucase dans l'Asie occidentale (notamment sur le Thermodon), passer dans les îles (Lesbos, Samothrace), et s'avancer jusque dans la Béotie et l'Attique.


Les enfants des Amazones

Sur les rives du Thermodon, près du Pont-Euxin, dans la Cappadoce (le Tarabosan), elles formaient un Etat, dont la capitale était Thémiscyre. L'État, sous le commandement d'une reine, se composait d'elles seules. Elles n'admettaient aucun homme. Seulement, pour se perpétuer, elles se rapprochaient une fois l'an, au printemps, des Gargaréens, peuple qui habitait sur leur frontière. Les enfants mâles qui naissaient de ces unions passagères étaient mis à mort, ou renvoyés aux Gargaréens. Les filles, au contraire, étaient élevées dans les exercices de la guerre et de la chasse. Pour leur faciliter l'usage des armes, on leur retranchait dès l'enfance la mamelle droite par le fer ou la cautérisation.


Les divinités honorées par les Amazones

Mars et Diane (Artémis Tauropolos) étaient les divinités qu'elles honoraient principalement. La tradition nous les montre comme fondatrices de villes. Ainsi, dans le cours de leurs expéditions, elles passent pour avoir fondé les suivantes: Smyrne, Éphèse, Cymé, Myrine et Paphos.


Les différents peuples d'Amazones

Diodore distingue trois peuples d'Amazones, qui peuvent se réduire à deux: les Amazones Asiatiques, et les Amazones Éthiopiennes qui vainquirent les Atlantes et les Gorgones. Mais ces dernières, dans la haute antiquité, n'étaient point autres que les Amazones Asiatiques. En effet, lorsque dans les anciens monuments il est question d'Ethiopie, il faut entendre les îles de Lesbos et de Samothrace, et non l'Ethiopie des âges postérieurs.


Les principaux chefs Amazoniens

Les traditions sur les Amazones se rapportent à six chefs principaux, à savoir:

  • 1° Leur défaite par Bellérophon, en Lycie, sous le règne de Iobatès.
  • 2° La guerre, mentionnée dans Homère, des princes phrygiens et des Amazones.
  • 3° L'expédition d'Hercule contre Hippolyte, leur reine.
  • 4° L'invasion de l'Attique et le combat contre Thésée.
  • 5° La guerre de Troie, dans laquelle elles figurent comme alliées des Troyens.
  • 6° Leur expédition contre l'île de Leucé dans le Pont-Euxin.

Des matelots naufragés les avaient instruites de la fertilité de cette île, et en même temps leur avaient enseigné l'art de construire des vaisseaux. Elles firent donc une descente à Leucé. Là elles rencontrèrent le sanctuaire consacré à Achille. Mais tout à coup le héros se dressa devant elles, terrible comme autrefois sur les bords du Scamandre. Cette apparition jeta l'épouvante parmi les chevaux, qui, s'emportant, démontèrent les héroïnes et les écrasèrent sous leurs pas.


Le lien entre les Amazones et des déesses guerrières

D'obscures traditions de femmes scythes qui auraient pris part aux combats des guerriers, et en même temps de vagues souvenirs d'Hiérodules ou servantes des déesses guerrières (telles que Enyo, Athéné, Artémis), ont pu donner naissance au mythe des Amazones.
Les traditions sur les Amazones se lient étroitement au culte d'Artémis ou Diane. Ainsi Eplièse et d'autres villes, dont on leur rapporte la fondation, étaient aussi des sièges célèbres du culte de Diane. L'art plastique les a représentées comme des jeunes filles d'une constitution vigoureuse, telles à peu près que les nymphes de Diane.


Les représentations des Amazones

Les Amazones sont armées d'une lance, d'une hache d'armes, d'un bouclier semi-lunaire, d'un arc et d'un carquois. Elles ont la ceinture de guerre autour des hanches, et l'épée attachée à un baudrier, qu'elles portent en sautoir. Leur costume est de deux sortes:

  • Le costume scythe: il consiste dans une fourrure qui couvre et serre étroitement le corps entier jusqu'au cou. Autour de la taille une large ceinture, par-dessus un manteau, et pour coiffure un bonnet phrygien. Le cheval est découvert. Ce costume, la fourrure surtout, indiquait la patrie supposée des Amazones.
  • Le costume dorien: elles portent le casque grec, ainsi qu'une légère tunique tombant de l'épaule droite, et retenue autour des hanches par un simple ruban. Les bras, les jambes et les pieds sont nus. Le cheval porte une couverture, et est décoré à la grecque. Du reste, nulle trace de mutilation du sein.

On les trouve surtout représentées sur des vases et sur des gemmes. Les tableaux et bas-reliefs les plus célèbres représentant ces héroïnes étaient la bataille des Amazones peinte par Nicon, laquelle se trouvait dans le Pœcile à Athènes, dans les bas-reliefs du bouclier de Minerve, dans ceux du marche pied du Jupiter Olympien de Phidias et dans un bas-relief d'Alcamène sur le fronton du temple d'Olympie. Les musées d'Italie contiennent plusieurs statues remarquables d'Amazones.


Autres mythes :