Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de antinoüs (ou antinoos)

Le mythe de Antinoüs (ou Antinoos)



Le fils d'Eupithès

Antinoüs est un Ithacien. Il est le fils d'Eupithès. C'est le plus insolent de tous les amants de Pénélope. Il voulut s'emparer du sceptre, et fit plusieurs tentatives contre la vie de Télémaque. Il reçut Ulysse, déguisé en mendiant, avec mépris, le frappa d'un banc, et le força de lutter contre Irus. Aussi fut-il le premier qui tomba sons les flèches d'Ulysse.


Un héros déifié

Antinoüs est un jeune homme de Bithynie, aimé de l'empereur Adrien, qui le mit au nombre des héros déifiés. Il se noya dans le Nil. On ne sait si ce fut par accident, ou bien s'il s'y précipita de lui-même par dévouement pour l'empereur, auquel on avait prédit que la mort d'un de ses meilleurs amis pouvait seule le sauver d'une fin prochaine.
Adrien fit rebâtir en son honneur la ville de Bésa, autrefois célèbre par son oracle, et la nomma Antinoopolis. Elle fut aussi appelée Besantinoos ou Adrianopolis. Il lui érigea en outre un temple à Mantinée en Arcadie, institua en son honneur des fêtes et des jeux, et le plaça au nombre des astres. On a plusieurs bustes et statues d'Antinoüs. De plus, son effigie se trouve sur un grand nombre de médailles et de pierres gravées.
L'expression de sa figure a quelque rapport avec celle de Bacchus. Il est représenté tantôt sans attributs, sans modifications idéales ; tantôt sous le caractère d'un héros déifié ; et tantôt enfin sous le caractère et avec les attributs d'une divinité déterminée, comme d'Apollon, de Bacchus, du Soleil, d'Agathodæmon. Les plus célèbres statues d'Antinoüs sont celle du Belvédère au Vatican et celle qui se trouve au Capitole dans la salle d'Hercule.


Autres mythes :