Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de aristée (ou aristaeos)

Le mythe de Aristée (ou Aristaeos)



Le fils d'Uranus

Aristée est le fils d'Uranus et de Gaïa (la terre), ou d'Apollon et de Cyrène. Il était révéré près du mont Pélion, comme fils de Chiron, et à Céos, comme fils de Carystus. Il fut élevé par Chiron et instruit par les Muses dans l'art de la médecine et de la divination.


Le dieu protecteur des troupeaux et de la culture

La Grèce primitive l'honora comme une divinité bienfaisante. On le regardait comme le protecteur des troupeaux et de la culture, particulièrement de celle de la vigne et de l'olivier. Il enseigna aux hommes à élever les abeilles. Il détournait des champs les chaleurs brûlantes et les autres calamités. On retrouve le culte d'Aristée en Thessalie, dans la Béotie et l'Arcadie, à Céos et à Cyrène. Virgile le nomme magister Arcadius.
Aristée se confondit plus tard, soit avec Jupiter, soit avec Apollon Agreus et Apollon Nomios, ce que prouve le passage suivant de Pindare: « Aristée fut porté après sa naissance par Mercure chez Gé et chez les Heures, qui le nourrirent de nectar et d'ambroisie, et le transformèrent en Jupiter, le dieu éternel, et en Apollon,le Dieu pur, le protecteur des troupeaux, de la chasse, et du pâturage. »
Comme dieu de la culture de la vigne, il figurait dans la fable de Bacchus. C'est pourquoi on voyait sa statue dans le temple de ce dieu à Syracuse. Cette statue fut enlevée par Verrès. Aristée disparut de la terre sur le mont Hémus. Virgile le mêle à la fable d'Eurydice.


Autres mythes :