Accueil > Les mythes commençant par A > Le mythe de atlas

Le mythe de Atlas



Une origine assez floue

Atlas est le fils de Japet et de Clymène. Il est également le frère de Ménætius, de Prométhée et d'Épiméthée, selon Hésiode. Ou, selon Hygin, il est le fils d'Æther et de Gé. Ou encore, selon Diodore, le fils d'Uranus et le frère de Gronus. Selon Apollodore, Atlas est le fils d'Uranus et d'Asia. Ou enfin, selon Servius, il est le fils de Neptune et de Clito, ou d'Éther et de Héméra.
De son hymen avec Pléione, fille d'Océan et de Téthys, ou suivant Diodore, avec Hesperis, fille de Hesperus, naquirent les Pléiades. Il eut d'Æthra les Hyades et les Hespérides. De Stérope, il eut Œnomaüs et Maïa. On lui donne encore pour enfants, Dioné, Calypso, Hyas et Hespérus.


Le dieu montagne

Atlas, dans Homère, est le dieu montagne. Plein de sagesse, il a sondé les abîmes de la mer, et il soutient les colonnes puissantes sur lesquelles reposent le ciel et la terre.
Dieu en même temps que montagne dans Homère, d'autres traditions disent au contraire qu'il fut métamorphosé de dieu en montagne. Ainsi, suivant les uns, ayant conduit les Titans dans leur lutte contre Jupiter, il fut condamné par le dieu vainqueur à porter de bout sur la tête et de ses bras infatigables la voûte du ciel. D'après Ovide, averti par l'oracle de se délier des fils de Jupiter, Atlas refusa l'hospitalité à Persée. Celui-ci, irrité, le pétrifia en lui montrant la tête de Méduse. Avec sa stature gigantesque, Atlas, continue le poète, se change en montagne: sa barbe et ses cheveux deviennent des forêts, sa tête forme le sommet du mont, ses os se pétrifient. Toutes les parties de son corps prennent un développement monstrueux. Dès ce moment, le ciel avec tous les astres reposent sur sa tête.


Atlas et Hercule

Ailleurs le même poète lui fait soutenir sur ses épaules l'axe du ciel. La côte des Hespérides, aux confins du monde, forme son empire. Là il règne sur la terre et sur les mers. Il possède de nombreux troupeaux et de magnifiques jardins, où un feuillage étincelant d'or ombrage des fruits d'or (les pommes d'or des Hespérides). Ces jardins sont défendus par un mur d'enceinte et gardés par un dragon.
Hercule se rendit près d'Atlas pour obtenir les pommes des Hespérides, et, d'après le conseil de Prométhée qui l'accompagnait, il se chargea de supporter le ciel tandis qu'Atlas irait les cueillir. Mais Atlas à son retour ne voulut plus reprendre son fardeau. Hercule alors le pria de le reprendre un peu, rien que pour lui donner le temps de se faire un coussin qu'il mettrait sur sa tête. Atlas y ayant consenti, Hercule prit les pommes et le laissa là.


Atlas le sage

D'autres traditions placent Atlas en Arcadie, où Pléione lui engendre les Pléiades sur le mont Cyllène. D'autres le placent dans le Caucase.
Il est représenté, en Arcadie, comme un sage qui a scruté les mystères que la terre recèle dans son sein et les phénomènes célestes. C'est lui qui a initié Mercure et Hercule à la connaissance de l'astronomie, selon Servius. L'explication que donne Diodore du mythe d'Atlas et d'Hercule est conforme à cette tradition. Suivant lui, en effet, Atlas aurait été l'inventeur du globe céleste artificiel, et il aurait enseigné l'astronomie à Hercule par reconnaissance de ce que celui-ci avait délivré ses filles des mains de Busiris.


Les différents Atlas

Du reste ces diverses traditions, qui font d'Atlas, les unes un dieu montagne, soutenant les colonnes sur lesquelles reposent le ciel et la terre, et les autres un Titan condamné à porter la voûte céleste, ou bien encore le représentent comme enseveli sous la montagne qui porte son nom, s'accordent toutes en ceci, qu'elles placent le dieu antique sur les confins inconnus de la terre, là où sont ces lointains sommets, colonnes célestes qui soutiennent le ciel.
En conséquence, sa position variait dans les fables d'après celle des confins supposés de la terre. Tantôt on le plaçait chez les Hyperboréens et près du Caucase, où habite aussi Prométhée ; tantôt aux extrémités de l'occident, dans la Libye, la Mauritanie, l'Hespérie. C'est pourquoi Servius distingue trois Atlas différents:

  • Un Atlas de Mauritanie.
  • Un Atlas d'Italie: le descendant de Dardanus et le père d'Électre.
  • Un Atlas d'Arcadie: le père de Maïa.

L'opinion qui le plaçait à l'extrémité occidentale de la terre finit par dominer. Quand les progrès de la navigation eurent fait tomber le mystère de cette Hespérie fabuleuse, le nom d'Atlas resta à la chaîne qui borde au nord-ouest la côte d'Afrique.


Autres mythes :