Accueil > Les mythes commençant par B > Le mythe de borée (ou boreas ou borrhas)

Le mythe de Borée (ou Boreas ou Borrhas)



Le vent du Nord-Est

Borée est le vent du Nord-Est. Hésiode, qui le couple parmi les vents bienfaisants, le fait naître d'Astræus et d'Eos (l'Aurore). Suivant d'autres, il était le fils d'Astræus et de Héribée, ou le fils du Strymon, fleuve de Thrace. Homère et même dans les temps postérieurs Callimaque et le scholiaste d'Apollonius, placent la demeure de Borée dans la Thrace. C'est de là qu'à l'appel d'Iris il vint, accompagné de Zéphyre, prêter son souffle pour allumer le bûcher de Patrocle.
De Borée et des cavales d'Érichthonius naquirent, dit Homère, douze jeunes cavales si légères et si rapides qu'elles couraient sur la surface des blés sans en froisser la tige et sur la surface des mers sans y tremper leur pied. Les Brises (Auræ) passaient aussi pour filles de Borée. Il enleva Orythie, fille d'Érechthée, et de leur union naquirent Zétès et Calaïs, Hæmus, Cléopâtre, Chione et Chthonia. Callimaque lui donne aussi pour filles les vierges hyperboréennes Opis, Loxo et Hécaerge. Butés et Lycurgue, suivant Diodore, seraient également fils de Borée.


Le culte de Borée

Un temple était consacré à Borée près de Ilissus. Les Athéniens le révéraient particulièrement, soit comme précurseur de pluies fertilisantes, soit parce qu'au temps de l'expédition de Xerxés, il avait dispersé la flotte ennemie.
On le représentait diversement: dans la tour des vents à Athènes, il s'offrait sous la figure d'un enfant ailé, avec des sandales aux pieds et un manteau sur la tête. Sur le coffre de Cypsélus, où il était représenté enlevant Orythie, les jambes étaient remplacées par des serpents.


Autres mythes :