Accueil > Les mythes commençant par C > Le mythe de cacus

Le mythe de Cacus



Le fils de Vulcain

Cacus signifie méchant. Il est le fils de Vulcain, demi-homme et demi-satyre, d'une taille colossale, et dont la bouche vomissait des tourbillons de flamme et de fumée. Des têtes sanglantes étaient sans cesse suspendues à la porte de sa caverne, située au pied du mont Aventin.


Hercule contre Cacus

Hercule, après la défaite de Géryon, conduisit ses troupeaux sur les bords du Tibre, et s'endormit pendant qu'ils paissaient. Cacus lui vola quatre paires de bœufs, et, pour n'être pas trahi par les traces de leurs pas, les traîna dans son antre à reculons, par la queue. Hercule, averti par leurs mugissements, court furieux vers la caverne, mais l'ouverture en était fermée avec un rocher énorme, que douze bœufs n'auraient pu déranger. Le héros l'arrache, saisit Cacus et l'étouffe ou le tue à coups de massue. Les habitants de la contrée, ravis de ce triomphe, instituèrent une fête annuelle en l'honneur d'Hercule, et lui élevèrent un autel, d'une dimension prodigieuse, ara maxima, qu'on voyait encore dans le IVe siècle.
Carmente, la mère ou la femme d'Évandre, avait prédit la défaite de Cacus, et pour l'honorer on donna à la fête le nom de Carmentales.


Autres mythes :