Accueil > Les mythes commençant par C > Le mythe de caprotine

Le mythe de Caprotine



Le surnom de Junon

Caprotine est le surnom que les Romains donnèrent à Junon. La prise de Rome par les Gaulois ayant singulièrement affaibli l'État, les peuples voisins marchèrent contre Rome ayant à leur tête Posthumius Livius de Fidènes, et exigèrent qu'on leur abandonnât toues les femmes et les jeunes filles, sous la menace de détruire la ville. Pendant que le sénat délibérait sur le parti à prendre, une esclave nommée Tutela ou Philotis offrit de se rendre dans le camp ennemi avec les autres esclaves sous le costume des femmes libres. La ruse réussit complètement. La nuit, lorsque tout le monde était enseveli dans un profond sommeil, les esclaves donnèrent aux Romains un signal du haut d'un figuier sauvage. Ceux-ci firent une sortie, et battirent complètement l'ennemi.
Le sénat, reconnaissant ce grand service, affranchit toutes les esclaves qui y avaient contribué, et leur donna des dots aux dépens du trésor public. Le 7 Juillet, nommé nonœ Caprotinœ, fut consacré à la mémoire de ce haut fait. On célébrait alors une fête en l'honneur de Junon Caprotine, et les femmes libres et esclaves offraient en commun à la déesse, sous un figuier sauvage, le suc qui découle de cet arbre.


Autres mythes :