Accueil > Les mythes commençant par C > Le mythe de centaure

Le mythe de Centaure



L'origine des centaures

Suivant le mythe le plus ancien, les Centaures étaient une race pélasgienne habitant les forets et les montagnes, et chassant les taureaux en Thessalie, sur le Pélion et l'Œta. Ils étaient représentés comme des géants grossiers et brutaux, couverts de poils, menant une vie sauvage, adonnés brutalement au vin et aux femmes.
On n'est pas d'accord sur leur origine. D'après l'opinion la plus générale, ils étaient nés d'Ixion et de Néphélé, ou d'un nuage auquel Jupiter avait donné la forme de Junon. De là leurs surnoms d'Ixionidœ et de Nubigenœ. Suivant Pindare, d'Ixion et d'une nuée naquit Centauros, monstre qu'évitaient les hommes et les dieux, et père des Hippocentaures, qu'il eut de son commerce avec des juments de Magnésie. On fait aussi de Centauros le fils d'Apollon et de Stilbé.
Les poètes et les auteurs postérieurs ont confondu les Centaures-hommes avec les Hippocentaures ou Centaures-chevaux.
Ils avaient pour armes des troncs d'arbre, des rochers, des tisons ou des lances. Le chasseur Chiron seul se servait de l'arc. Leur nourriture se composait de viande crue, de sorte que leur férocité et leur vie sauvage étaient passées en proverbe parmi les Grecs, chez qui le mot Centaure était le synonyme d'homme brutal et féroce. Le Centaure Pholos, fils de Silène et d'une Nymphe, était seul connu par ses mœurs plus douces, car il avait reçu Hercule avec hospitalité. Le plus célèbre des Centaures est le sage Chiron, appelé Centaure par excellence.


Les Centaures contre les Lapithes

Les poètes ont célébré leurs combats avec les Lapithes, et avec Hercule. Pirithoüs, roi des Lapithes, célébrant ses noces avec Hippodamie, avait invité les Centaures, avec lesquels il avait été autrefois en guerre pour l'héritage du royaume de son père. Ayant oublié de sacrifier à Mars avant le repas, le dieu, irrité, souleva contre lui les Centaures, qui, excités par le vin et leurs passions brutales, se précipitèrent sur les femmes.
Eurytion voulut enlever la fiancée, mais elle fut sauvée par Thésée ou Cæneus. Bientôt les Centaures s'emparèrent des autres femmes qui assistaient à la fête. Le combat devint général. Cæneus succomba sous les coups des Centaures. Cette mort redoubla la fureur des Lapithes, conduits par Thésée et Pirithoüs. Les Centaures furent vaincus, et prirent la fuite. Ils quittèrent leurs retraites et se retirèrent sur les bords du Pinde aux frontières de l'Épire.


Hercule contre les Centaures

Le combat d'Hercule avec les Centaures est un épisode célèbre dans la vie de ce héros. Le Centaure Pholos, voulant traiter avec hospitalité son hôte, qui allait à la chasse du sanglier d'Érymanthe, ouvrit un tonneau de vin qu'il avait reçu de Bacchus. Les Centaures, attirés par l'odeur du vin, se rassemblèrent devant la caverne de Pholos, en demandant à boire. Mais Hercule les repoussa, et en tua un grand nombre.
Ce combat eut lieu, suivant les uns, en Thessalie, suivant les autres en Arcadie. Les auteurs diffèrent aussi sur les noms des endroits où ils se réfugièrent et où ils périrent. Quelques-uns croient que, fuyant devant Hercule, ils abordèrent aux îles des Sirènes, qui les fascinèrent par leur voix enchanteresse, et ou ils périrent de faim.


Les représentations des Centaures

Postérieurement à Pindare, la tradition, qui primitivement représentait les Centaures sous des formes gigantesques mais humaines, se confondit avec le mythe des Hippocentaures, de sorte qu'on les représenta comme des êtres moitié hommes et moitié chevaux. Les artistes, surtout, ont beaucoup contribué à répandre cette fable. D'abord ils les figurèrent comme des monstres dont le buste ainsi que les jambes et les pieds étaient humains. La partie postérieure était une croupe de cheval. Tel était le Centaure représenté sur le coffre de Cypselus. Plus tard, depuis Phidias, l'art traita autrement ce sujet, en prêtant aux Centaures des formes humaines jusqu'à la ceinture, où déjà elles commençaient à se confondre avec celles du cheval, de sorte que les jambes de devant appartenaient à cet animal. Il paraît que Phidias et Alcamène leur ont les premiers donné cette forme, en représentant les combats des Centaures en relief sur des frontons de temples. De là leurs noms de semiferi, semihomines, bimembres.
Nonnus parle aussi de Centaures portant des cornes, qui étaient fils de Jupiter et de la Terre. A cause de leur ressemblance avec les Satyres et de leur passion pour le vin, les artistes les représentaient aussi dans les orgies bacchanales, sous des formes moins barbares et domptés par le pouvoir de Bacchus, tantôt attelés devant le char du dieu, et jouant du cor ou touchant de la lyre, tantôt mêlés aux Satyres, aux Faunes, aux Nymphes, aux Amours ou aux Bacchantes. Il y avait aussi des Centaures femelles, qui se distinguent sur les monuments par leur beauté remarquable.


En complément :

Autres mythes :