Accueil > Les mythes commençant par C > Le mythe de concorde (ou concordia)

Le mythe de Concorde (ou Concordia)



Les temples de la Concorde

Concorde est une déesse allégorique, qui avait plusieurs temples à Rome, dont un au pied du Capitole, voué et fondé par le dictateur Furius Camillus à l'occasion d'une sédition du peuple, puis rétabli par Livia Augusta et consacré par Tibère. Sous Constantin et Maxence, il fut consumé par le feu. Mais plus tard, il fut reconstruit. Le sénat y tenait souvent ses assemblées. Maintenant encore, on montre sur le penchant de cette colline les ruines d'un temple, qu'on croit être les restes de cet édifice.
Un autre temple, en l'honneur de la Concorde, fut élevé par le préteur Lucius Manlius, à l'occasion d'une sédition parmi les troupes dans les Gaules ; et un troisième par l'édile Caïus Flavius. On voit un temple très bien conservé à Girgenti, en Sicile, que l'on croit avoir été consacré à cette déesse.


Les représentations de la Concorde

Son image se trouve souvent sur des monnaies. Elle est représentée comme une matrone, tantôt assise, tantôt debout. Dans la main gauche, elle porte une corne d'abondance ; dans la droite, une branche d'olivier. Comme symbole de la concorde, on voit aussi sur des monnaies deux mains jointes.
Les Grecs honoraient la Concorde sous le nom d'Homonia, et lui élevèrent un autel à Olympie.


Autres mythes :