Accueil > Les mythes commençant par C > Le mythe de corybantes

Le mythe de Corybantes



Les prêtres de Cybèle

Les Corybantes étaient les prêtres de Cybèle, qui avaient une étroite connexion avec les Curètes, les Dactyles idéens, les Cabires et les Telchines. Issus d'un Corybas, fils de Cybèle, ils se présentent, suivant quelques auteurs, au nombre de trois, comme les Curètes et les Bacchants, ou, selon d'autres, au nombre de neuf. De Samothrace, ils portèrent en Phrygie le culte mystérieux de Cybèle.
Leur nom générique fut Galles. L'hiérarque ou l'archi-galle qui les présidait était tenu de pratiquer sur lui-même la castration.


Les danses des Corybantes

Leurs danses se faisaient aux sons des cymbales et du tambour de basque, au bruit des hymnes vociférés à grands cris, des boucliers heurtés les uns contre les autres, des petites épées qui s'entrechoquaient. Ce sont bien là les caractères de la danse martiale des Curètes crétois, avec lesquels les Corybantes furent identifiés par suite de la confusion de la grande mère phrygienne avec la Rhéa de Crète.


Les Corybantes en Italie

Les Corybantes commencèrent à se répandre dans la Grèce à l'époque de la guerre médique. Ils infestèrent ensuite l'Italie, menant une vie errante semblable à celle des saltimbanques, et attirant la populace par leurs cris et leurs contorsions bizarres. Oublieux des institutions premières qui leur faisaient une loi de la chasteté, ils se livraient à la plus grossière débauche, si du moins l'on doit compter comme descendants des Corybantes, les Métragyrtes, qui, en punition de leurs dérèglements, furent fouettés publiquement à Rome, à la fête des Matrones.


Autres mythes :