Accueil > Les mythes commençant par D > Le mythe de didon (ou élissa)

Le mythe de Didon (ou Élissa)


Il faut distinguer deux mythes qui différent sous beaucoup de rapports: l'un relatif à Élissa, fille de Mutgo ; l'autre relatif à Didon, fille de Bélos.


Le mythe relatif à la fille de Mutgo

Élissa est la fille de Mutgo, roi de Tyr, et la sœur de Pygmalion. Ce dernier succéda à son père, et Elissa épousa son oncle Acerbas, prêtre d'Hercule, qui, possédant de grands biens, fut égorgé par Pygmalion. La veuve dissimula sa haine contre l'auteur de ce meurtre, et, pour se donner le temps de fuir, feignit de vouloir se rendre auprès de lui avec les trésors de son mari. Les serviteurs que le roi avait envoyés pour porter les richesses d'Acerbas dans son palais embarquèrent sur un vaisseau toutes les richesses, et, en outre, de lourds sacs remplis de sable que Didon les força de jeter dans la mer. Croyant que les sacs qu'ils venaient de jeter contenaient les trésors qui avaient si fortement excité l'avidité de leur maître, et craignant sa colère, ils résolurent de s'enfuir avec Élissa.
Elle aborda d'abord à l'île de Cypre, où, par ordre de l'oracle, le prêtre de Jupiter se joignit à elle, après s'être réservé le pontificat à perpétuité pour lui et ses descendants. Elle fit aussi enlever quatre-vingts jeunes filles qui étaient au service de Vénus, et qui, d'après l'usage de cette île, s'étaient présentées sur le rivage, et les fit épouser aux compagnons de sa fuite. Les vents portèrent les émigrants sur la côte d'Afrique, où elle acheta autant de terrain qu'elle en pourrait entourer de la peau d'un bœuf. Élissa découpa le cuir en lanières très minces, et en entoura un espace assez considérable, qu'elle appela Byrsa (cuir de bœuf). Les peuplades voisines y affluèrent de tous côtés, pour entretenir de bonnes relations avec les étrangers, et Élissa résolut d'y fonder une ville. Mais y ayant trouvé une tête de bœuf, qu'elle regarda comme d'un mauvais augure et comme signe que le sol était difficile à labourer et demanderait une culture continuelle, elle choisit un autre lieu.
Là, elle trouva la tête d'un cheval, qu'on interpréta comme signe de la puissance et de l'esprit guerrier de la ville future. Ainsi fut fondée la ville de Carthage. Quand elle fut achevée, Iarbas demanda Didon en mariage, et sur son refus, il la menaça de la guerre. La princesse, trahie et trompée par ses propres sujets, consentit à lui donner sa main. Mais, feignant de vouloir apaiser par un sacrifice les mânes de son premier époux, elle éleva un magnifique bûcher, y monta, et se tua d'un coup de poignard. Après sa mort, les Carthaginois lui rendirent des honneurs divins.


Le mythe relatif à la fille de Bélos

Suivant Virgile, Didon, fille de Bélos, s'étant dérobée avec sa sœur Anne à la cruauté de son frère, fonda la ville de Carthage sur la côte d'Afrique, et y épousa Sichée, qui était mort lorsque les vents poussèrent Énée sur cette plage. L'Amour, qui, suivant le désir de sa mère, avait pris les formes d'Ascagne, fils d'Énée, excita dans le cœur de Didon une passion violente pour le héros. Sur l'avis de sa sœur Anne, elle fit tous ses efforts pour l'attirer à elle. Ne pouvant plus vaincre sa passion, elle s'abandonna à lui, lorsque, surpris à la chasse par une tempête que Junon avait envoyée, ils se trouvaient seuls dans une caverne.
Énée retarda son départ jusqu'à ce que Jupiter, sur les plaintes du roi Iarbas, qui en était jaloux, lui eût envoyé Mercure, pour lui ordonner de quitter l'Afrique, et de se rendre en Italie. Didon, s'apercevant des préparatifs secrets qu'Énée fit pour son départ, chercha vainement à le retenir par ses reproches, ses prières et ses larmes. Il résista, et, après un second message de Mercure, s'embarqua et quitta ces rivages hospitaliers. Alors la malheureuse reine fit élever un bûcher, sous prétexte de se guérir de sa passion par un feu magique, et se tua d'un coup de poignard, sur le bûcher. Énée la rencontra aux enfers, réunie à Sichée, son premier mari.
En rapprochant Énée et Didon, Virgile a fait un anachronisme de trois siècles, car Didon quitta la Phénicie 247 ans après la guerre de Troie.


Autres mythes :