Accueil > Les mythes commençant par D > Le mythe de drimaque (ou drimacos)

Le mythe de Drimaque (ou Drimacos)



Le chef des esclaves révoltés

Les habitants de l'île de Chio furent les premiers qui achetèrent des esclaves. La divinité, irritée de cette dégradation du genre humain, excita une révolte parmi les serfs, qui quittèrent leurs maîtres et se réunirent sous leur chef, Drimaque, sur les montagnes de l'île, d'où ils troublèrent et saccagèrent les possessions de leurs anciens patrons. Les habitants de Chio, après avoir inutilement cherché les moyens de résister à ces attaques, conclurent avec le chef des révoltés un traité en vertu duquel les esclaves suspendirent les hostilités et reçurent des contributions régulières en vivres.


La mort de Drimaque

Plus tard cependant, les Chiotes mirent à prix la tête de Drimaque. Celui-ci ordonna à un jeune homme qu'il aimait de la lui couper, et de la porter à la ville pour demander la récompense promise. Après sa mort, les hostilités recommencèrent de nouveau. Les Chiotes, se rappelant que Drimaque seul avait pu mettre un frein à ces troubles, élevèrent un temple à sa mémoire, et le surnommèrent Euménès, c'est-à-dire le héros bien intentionné. Les esclaves lui sacrifiaient les prémices de leur butin. Drimaque apparaissait dans les songes à ceux qui étaient menacés de quelque danger par leurs serviteurs.


Autres mythes :