Accueil > Les mythes commençant par D > Le mythe de druidesse

Le mythe de Druidesse



Des femmes agrégées au sacerdoce

Les druidesses étaient des femmes agrégées au sacerdoce. Leurs principales fonctions se bornaient à consulter les astres, les entrailles des victimes, à présider certains sacrifices, à accomplir, loin des regards des hommes, des rites mystérieux, et à rendre des oracles.
Leurs lois étaient, du reste, bizarres, et souvent elles se contredisaient. Dans un lieu elles se vouaient à une virginité perpétuelle ; ailleurs, quoique mariées, elles s'astreignaient à de longs célibats. Chez les Namnètes, dans un des îlots formés par la Loire à son embouchure, habitaient des prêtresses, qui, à des époques fixées, venaient visiter elles-mêmes leurs époux sur le continent. Mais cette visite ne se faisait que la nuit et devait être terminée avant l'aube.


Les fêtes des druidesses

Dans leurs fêtes, où le sang coulait, elles étaient forcées d'être meurtrières ou victimes. Parfois elles assistaient à des sacrifices nocturnes, toutes nues, une torche à la main, le corps teint de noir, les cheveux en désordre, s'agitant dans des transports frénétiques.
Parmi les druidesses les plus célèbres, on comptait les neuf vierges terribles de l'île de Seyn, à la pointe de l'Armorique (sur la côte du Finistère, non loin de Sainte-Croix).


Autres mythes :