Accueil > Les mythes commençant par E > Le mythe de électre (ou électra)

Le mythe de Électre (ou Électra)



La fille de l'Océan

Électre est la fille de l'Océan et de Téthys. Elle est également l'épouse de Thaumas, ainsi que la mère d'Iris et des Harpies Aëllo et Ocypète.


Une Danaïde

Électre est l'une des Danaïdes. Elle est la fiancée de Péristhénès ou d'Hypérante.


Une Pléiade

Électre est l'une des sept Pléiades. Selon d'autres, elle est la fille d'Atlas et de Pléione, ainsi que la mère d'Iasion et de Dardanus, qu'elle eut de Jupiter. Selon Servius, elle était la femme de Corythos, roi d'une contrée d'Italie, et eut de lui Jasion, tandis que Jupiter la rendit mère de Dardanus. Diodore la fait mère d'Harmonie, femme de Cadmus.
C'est elle, dit Apollodore, qui apporta le Palladium à Troie et en fit présent à Dardanus. Électre ayant embrassé le Palladium pour implorer le secours de Minerve, la déesse, ou Jupiter, irrité de ce que l'image avait été souillée par une mortelle qui n'était plus vierge, jeta le Palladium dans les environs d'Ilion, où le roi Ilus le plaça dans un temple qu'il fit ériger. Électre s'arracha les cheveux en voyant la chute de Troie, et elle fut placée parmi les astres, où elle figure comme comète. Servius ajoute qu'elle conçut tant de chagrin de la prise d'Ilion, qu'elle disparut du groupe d'étoiles dont elle faisait partie.


La sœur de Cadmus

Électre est la sœur de Cadmus. Elle donna son nom à l'une des portes de Thèbes.


La fille d'Agamemnon

Électre ou Laodicé, est la fille d'Agamemnon et de Clytemnestre. Elle est également la sœur d'Iphigénie, d'Iphianasse, de Chrysothémis et d'Oreste.
Après le meurtre d'Agamemnon, Électre, redoutant pour Oreste un pareil sort, déroba son frère, jeune encore, à la fureur de sa mère, et l'envoya par un de ses esclaves chez le roi Strophius à Phanote en Phocide. Ce roi fit élever le jeune prince avec son fils Pylade. Électre ne cessa de rappeler à Oreste, par des messagers fidèles, le meurtre de leur père et de l'exciter à la vengeance. Il arriva enfin à Argos, et fut reconnu de sa sœur par le moyen d'une mèche de cheveux qu'il avait laissée sur le tombeau d'Agamemnon. Après lui avoir peint sous des couleurs terribles le meurtre accompli, et toutes les douleurs que lui faisait éprouver à elle-même la haine d'une mère dénaturée, Électre s'entendit avec lui sur les mesures qu'ils devaient prendre pour assurer leur vengeance. Quand Oreste eut apaisé les mânes d'Agamemnon par le sacrifice des deux coupables, il donna Électre en mariage à Pylade. Elle eut pour fils Strophius et Médon.
Tel est le sujet auquel nous devons les plus belles tragédies des trois grands poètes tragiques des Grecs. Hygin rapporte une fable qui s'écarte de celle que nous venons de rapporter. Suivant cet auteur, Électre, ayant reçu par un messager la nouvelle qu'Oreste et Pylade avaient été sacrifiés à Diane en Tauride, Alétès, fils d'Égisthe, s'empara du trône de Mycènes. Électre se rendit à Delphes pour recueillir des renseignements plus exacts sur le sort de son frère, et y arriva le même jour qu'Oreste et Iphigénie. Là, elle entend dire que son frère a été sacrifié par Iphigénie, et prend un tison sur l'autel pour crever les yeux à la prêtresse. Mais Oreste paraît, et tout s'explique. Ils se rendirent alors tous ensemble à Mycènes, où Oreste tua Alétès, et où Electre devint l'épouse de Pylade.
Le monument funéraire d'Électre se voyait à Mycènes.


La servante d'Hélène

Électre était la servante d'Hélène. Elle est représentée, sur le grand tableau de Polygnote à Delphes, à genoux devant sa maîtresse, et lui attachant ses sandales.


Autres mythes :