Accueil > Les mythes commençant par E > Le mythe de eumolpe (ou eumolpos)

Le mythe de Eumolpe (ou Eumolpos)



Un personnage au triple caractère

Eumolpe signifie mélodieux. C'est un personnage originaire de Thrace, qui s'établit en Attique, et auquel l'histoire héroïque attribue, suivant des traditions qui ne concordent nullement entre elles, un triple caractère: celui de barde, celui de guerrier, celui de prêtre.
Par ailleurs, on voyait le tombeau d'Eumolpe à Athènes ainsi qu'à Éleusis.


Le mythe principal

Le mythe adopté le plus généralement, quoiqu'il soit d'une date récente, esquisse ainsi la vie de ce héros: Eumolpe était le fils de Neptune et de Chione, fille de Borée et d'Orithyie. Il fut jeté dans l'Océan par sa mère, qui voulait cacher sa naissance à Borée. Mais celui-ci le sauva, et le transporta en Éthiopie, où il le fit élever par sa fille Benthésicyme, qui eut elle-même une fille dont Eumolpe devint l'époux.
Obligé, pour un acte de violence contre sa belle-sœur, de quitter le pays avec son jeune fils Ismarus, il se rendit chez le roi Tégyrius en Thrace, qui donna sa fille pour épouse à Ismarus. Mais Eumolpe, ayant tramé une conspiration contre le beau-père de son fils, fut forcé de s'enfuir en Attique, et se réfugia à Éleusis.
Après la mort d'Ismarus, il retourna en Thrace, sur les sollicitations de Tégyrius. Mais étant ensuite allé au secours des Éleusiniens contre les Athéniens, il fut tué par Érechthée.
Tel est le récit que nous fait Apollodore.


Quelque variantes du mythe d'Eumolpe

Voici maintenant les variantes que nous offrent les autres mythologues:

  • Les Éléusiniens, commandés par Eumolpe, ayant attaqué Érechthée, perdirent leur chef, qui fut tué dans le combat, ainsi que ses deux fils, Phorbas et Immaradus.
  • Érechthée et Immaradus ayant été tués en combattant, les deux peuplades ennemies firent la paix aux conditions suivantes: la couronne fut donnée à la famille d'Érechthée, et les Éleusiniens se réservèrent le privilège de la célébration des mystères, dont le sacerdoce fut accordé à Eumolpe, père de Céryx, et aux filles de Céléos.
  • Suivant Hygin, Eumolpe se rendit en Attique, avec une colonie thrace, pour prendre possession des biens de son père.
  • Dans Eustathe, Eumolpe assiège Éleusis, avec Phorbas l'Acarnanien.

L'instituteur des mystères d'Éleusis

Quelques auteurs regardent le héros-prêtre thrace comme instituteur des mystères d'Éleusis, dont le sacerdoce se perpétua chez les Eumolpides, ses descendants. On dit qu'il enseigna à Midas les cérémonies de ce culte obscur et bizarre. Il tient d'ailleurs à Cérès par d'autres liens. C'est de la déesse qu'il apprend à cultiver la vigne et les arbres. Il transmet cette précieuse découverte aux hommes, et ceux-ci le représentent comme un législateur bienfaisant, intermédiaire entre la divinité et la chair mortelle.
Enfin, Eumolpe participe d'une manière puissante à la culture des arts. Il enseigne la musique à Hercule, et gagne le prix du chant aux jeux donnés par Acaste en l'honneur de Pélias. Aussi le fait-on quelquefois fils de Musée.


Les trois Eumolpes

La multiplicité des aspects de ce personnage et sa vie bigarrée l'avaient déjà fait scinder, chez les anciens, en plusieurs individus. Ainsi le scholiaste de Sophocle sur l'Œdipe à Colone reconnait trois Eumolpes:

  • Le Thrace, père de Céryx.
  • Le fils de Ceryx, auquel on donne aussi Apollon pour père.
  • Le fils de Musée, et l'instituteur des mystères que Pausanias attribue à l'Eumolpe père de Céryx. Enfin, Théocrite fait le sien, fils de Philammon.

Autres mythes :