Accueil > Les mythes commençant par F > Le mythe de fervers

Le mythe de Fervers



Des génies immatériels

Les Fervers sont des génies immatériels de la religion parsi, analogues aux Iynges de Platon, types ou modèles des êtres. Ainsi chaque individu d'une espèce a son Ferver, type antérieur émané d'Ormuzd, pur, chaste, brillant, et qui subsiste après la mort même de l'individu qui le représente sur la terre.
« Gloire, dit le Iecht-Farvardin, aux purs, aux forts, aux excellents Fervers des saints depuis Kaïomorts jusqu'au héros de victoire Socioch ; aux Fervers des étoiles, au Ferver du verbe céleste, au Ferver du feu, de l'eau, de la terre, des arbres, des troupeaux, du taureau, du pur comme le ciel Kaïomorts ; au pur et saint Ferver de Zoroastre, premier des êtres en foule créés, premier des purs par la parole, premier atome, premier guerrier, premier cultivateur, à la création duquel Ormuzd a pensé avant de songer au reste des êtres! Louange aussi aux saints Fervers des grands du monde, des bienfaiteurs, des provinces, des princes purs, des races multiples des héros! Louange aux Fervers des hommes et des femmes de toutes les provinces de l'Iran! »


Le combat des Fervers

Les légendes persanes font figurer les Fervers dans le combat d'Ormuzd contre Ahriman. Ils viennent lutter par milliers contre le génie ténébreux. On invoque ces êtres idéaux dans les cérémonies funèbres. Les prières qu'on leur adresse en cette occasion passent pour avoir la propriété de guérir et de purifier les âmes.


Autres mythes :