Accueil > Les mythes commençant par F > Le mythe de fou-hi

Le mythe de Fou-hi



Un législateur divin

Fou-hi est un législateur divin, que les évhéméristes chinois regardent comme le premier empereur du royaume carré et font vivre trois mille ans avant Jésus-Christ. Il n'appartient pas plus à l'histoire que Cadmus, Evandre, Hercule, etc., et doit être regardé comme un personnage symbolique, personnification du premier développement intellectuel et moral des peuples de l'empire chinois.


La vie merveille de Fou-hi

Les traditions racontent ainsi sa vie merveilleuse: la fille du seigneur, nommée Hoa-sse (fleur attendue), marcha sur les traces d'un homme de haute taille et s'émut. Un arc-en-ciel l'environna, et elle conçut. Au bout de douze ans, elle accoucha, vers l'heure de minuit, d'un enfant qui fut nommé Année. Cet enfant était Fou-hi, qui naquit avec le corps d'un serpent et la tête d'un bœuf, ou, suivant d'autres, avec des dents de tortue, des lèvres de dragon, et une barbe blanche tombant jusqu'à terre. Il avait neuf pieds de haut.
Chef de toute civilisation, de tout art et de toute science, il succéda au règne du ciel pour instituer la société humaine. Législation, astronomie, écriture, art de la guerre, musique, il enseigna tout à ses sujets, les forma en famille par l'institution du mariage, leur apprit à honorer les esprits aériens et terrestres, à entourer les villes de murailles, à creuser des canaux, à toucher la lyre et la guitare, à extraire des entrailles de la terre le fer dont on arma les javelots, à élever les troupeaux. Les hommes lui durent encore l'art de la pêche et l'invention du calendrier.
Fou-hi mourut après un règne glorieux, et fut enterré à Tchin-tou, ville qu'il avait fondée dans le Ho-nan. On attribue à Fou-hi l'Y-King (livre des mutations), composé de soixante-quatre figures linéaires, que Leibnitz a expliquées au moyen du système binaire.


Autres mythes :