Accueil > Les mythes commençant par G > Le mythe de gorgones

Le mythe de Gorgones



Les filles de Phorcys

Les Gorgones sont les filles de Phorcys et de Céto. Elles sont également les sœurs des Grées. Homère n'en connaît qu'une, hideuse, habitante des enfers, et dont la tête, au regard terrible, se trouve sur l'égide de Jupiter. Il la nomme tantôt Gorgo, tantôt Méduse. Hésiode, qui mentionne trois Gorgones, joint à celle-ci Sthéino ou Sthéno et Euryale, et les fait planer indistinctes dans le voisinage de la Nuit et des Hespérides, aux limites occidentales de la terre. Plus tard, on leur assigna pour séjour la Libye et Cyrène.


Les Gorgones selon les anciennes traditions

D'après les anciennes traditions, ce sont « des vierges allées, à la chevelure de serpents, monstres abhorrés des mortels, dit Eschyle, et que jamais nul homme n'envisagea sans expirer. » Aussi joignent-elles à leurs surnoms de Phorcides, Phorcydes et Phorcynides, ceux de Brotostugeis, Dracontomalloi, Catapteroi. Elles étaient représentées sur le coffre de Cypsélus. Servius, les confondant sans doute avec les Grées, ne leur donne qu'un œil en commun.


Les Gorgones selon les traditions postérieures

Les récits postérieurs décrivent les Gorgones comme de jeunes femmes douées d'une beauté séduisante et d'une jeunesse éternelle. Méduse seule est soumise à la loi de mortalité. Affligées de la mort de leur sœur, tuée par Persée, Sthéno et Euryale la pleurèrent en formant des accords plaintifs, auxquels se joignirent les sifflements des serpents qui composaient leur étrange chevelure. Minerve, en imitant ces gémissements sur un roseau, inventa la flûte.
Par ailleurs, Paléphate fait des trois Gorgones trois îles de l'Océan gouvernées par un seul roi.


En complément :

Autres mythes :