Accueil > Les mythes commençant par H > Le mythe de hermaphrodite (ou hermaphroditos)

Le mythe de Hermaphrodite (ou Hermaphroditos)



Le symbole du dualisme des sexes

L'Hermaphrodite est un androgyne. Les anciens représentaient originairement l'Hermaphrodite comme une sorte de Vénus virile. Plus tard, ce fut un être mixte réunissant les deux sexes, mais où la virilité prédominait, comme on le voit par les traditions des poètes, qui ne lui donnent que secondairement la nature molle et délicate de la femme.
Il est certain que l'idée de l'hermaphrodisme n'est pas d'origine grecque. Il est plus probable que ce ne fut qu'à une époque postérieure à Homère qu'elle fut transplantée en Grèce de l'Asie, où elle était le symbole du dualisme des sexes, réduit à une unité mystique. Cependant le caractère primordial de cette conception subit, en se transplantant, de nombreuses modifications, autant dans le culte populaire que dans les doctrines mystiques des Orphiques, et sous le ciseau des artistes. On trouve dans les auteurs quelques traces d'un culte domestique rendu à Hermaphrodite chez les Grecs. Sa statue était sans doute formée de celles de Mercure et de Vénus.


L'hermaphrodisme personnifié

Personnifié dans Ovide, Hermaphrodite était, suivant le poète, fils de Mercure et de Vénus, et fut élevé par les Naïades du mont Ida. Sa beauté était merveilleuse. A l'âge de quinze ans, il quitta l'Ida, et arriva en Carie, dans les environs d'Halicarnasse. Fatigué de la longue route qu'il avait faite, il s'arrêta près de la fontaine Salmacis, pour se baigner. La Naïade qui y présidait l'aima, et n'ayant pu le rendre sensible, pria les dieux d'unir tellement leurs corps, que désormais ils n'en fissent plus qu'un qui conservât les deux sexes. A son tour, il obtint des dieux que tous ceux qui se laveraient dans la fontaine éprouveraient le même sort.


La représentation des hermaphrodites

L'art plastique des anciens s'est plu à représenter les hermaphrodites comme des êtres mixtes en qui se fondent la mollesse de la femme et l'énergie du sexe masculin. Ils font souvent partie des cortèges bachiques. Pline parle d'un hermaphrodite exécuté par Polyclès. Il est douteux que dans les monuments parvenus jusqu'à nous, nous possédions encore des copies de ce chef-d'œuvre.


Autres mythes :