Accueil > Les mythes commençant par H > Le mythe de hespérides

Le mythe de Hespérides



Des nymphe à l'origine imprécise

Hespérides signifie Occidentales. Ce sont des nymphes, les filles de la Nuit et de l'Érèbe, ou de Phorcys et de Céto, ou d'Atlas et d'Hespéris, ou de Jupiter et de Thémis, ou d'Hespérus. Rien de plus confus que les fables qui les concernent.
Quelques auteurs les identifiant avec les Atlantides, les mettent au nombre de sept: Maïa, Electre et Taygète, qui furent aimées de Jupiter ; Halcyone et Céléno, amantes de Neptune ; Stérope ou Astérope, aimée de Mars, qui en eut Œnomaüs ; et enfin Mérope.Apollodore en compte quatre: Églé, Érythée, Hestia, Aréthuse, qu'Apollonius réduit à trois: Hespéré, Érythéis, et Églé. Suivant d'autres, cette triade est composée d'Églé, d'Aréthuse et d'Hespéruse.
Quoi qu'il en soit, les Hespérides étaient douées d'une voix mélodieuse, d'où leurs surnoms de Ligyphonous (à la voix éclatante), de Hymnodous, et de Ephimeron aeidousas (cantatrices).


Les Hespérides et les pommes d'or

Les Hespérides avaient pour mission de garder les fameuses pommes d'or qui devinrent la proie d'Hercule. Le dragon Ladon les aidait dans cette fonction. Lorsque le héros eut enlevé les fruits merveilleux, les Hespérides, au désespoir, furent changées en arbre, selon Apollonius. Suivant d'autres, elles reprirent leur ancien ministère, Minerve leur ayant rendu les pommes d'or, qui lui avaient été consacrées par Eurysthée. On dit encore qu'Hercule ayant laissé ces fruits dans le vaisseau des Argonautes, ceux-ci, tourmentés par la soif, les rendirent aux Hespérides, qui leur indiquèrent une source en échange de leur restitution.


La demeure des Hespérides

Les plus anciennes traditions placent le séjour des Hespérides aux limites occidentales de la terre, au delà de l'Océan. Plus tard, lorsqu'on s'efforça de déterminer la position des lieux mythologiques, on fixa la demeure des filles d'Hespérus dans diverses contrées de la Libye, dans la Cyrénaïque ou dans la Mauritanie, ou encore dans les îles de l'océan Atlantique, sur la côte ouest de l'Afrique.
Quant aux pommes des Hespérides, consacrées à Vénus, au soleil, à Junon, ou à Bacchus, on y a vu tantôt des citrons (aurea mala), tantôt des brebis et les évhéméristes disaient alors que les Hespérides étaient une peuplade d'Occident, qui avait de grands troupeaux.


Autres mythes :