Accueil > Les mythes commençant par H > Le mythe de hyacinthides

Le mythe de Hyacinthides



Des jeunes filles sacrifiées

Les Hyacinthides étaient des jeunes filles de l'Attique, qui furent immolées pour détourner une calamité qui menaçait leur patrie. Elles tirent leurs noms, suivant Apollodore, de leur père Hyacinthe, qui, lors de la guerre avec Minos, vint de Lacédémone à Athènes pour sacrifier ses filles sur le tombeau du cyclope Géreste. Selon Suidas, elles sont les filles d'Érechthée, et furent appelées Hyacinthides, du bourg d'Hyacinthos, où on les immola dans le temps que les Éleusiniens et les Thraces ou les Béotiens inquiétaient la ville d'Athènes.


Les confusions sur leurs noms

On n'est, du reste, nullement d'accord sur leurs noms particuliers. Apollodore les désigne ainsi: Anthéis, Ægléis, Ænthénis, Lytæa, Orthæa, noms qui ne répondent pas à ceux des filles d'Érechthée, qui sont au nombre de quatre, suivant le même auteur. Tout ce qu'il dit à ce sujet est plein de contradictions et d'obscurité. Dans Suidas, Érechthée a six filles, dont deux seulement, Pandare et Protogénie, sont sacrifiées. Ou bien, suivant Euripide, toutes périrent, à l'exception de Créuse. Enfin, d'autres traditions rapportent cette immolation à Agraulos et à ses sœurs, ou aux filles de Léos, Praxithée, Eubulé et Théope.
Par ailleurs, les Hyacinthides sont quelquefois confondues avec les Hyades, comme filles d'Érechthée.


Autres mythes :