Accueil > Les mythes commençant par H > Le mythe de hyperboréens

Le mythe de Hyperboréens



Un peuple imaginaire

Les Hyperboréens sont un peuple imaginaire que les anciens supposaient habiter au delà du Borée, dans le plus heureux climat, passant une existence de mille ans au milieu des chants et des fêtes. Ils étaient considérés comme des justes et des pieux d'ailleurs, chéris des dieux.


L'origine de ce peuple

Quelle idée donna naissance à cette croyance d'un paradis situé au delà des vents froids de la Thrace, et comment relia-t-on les Hyperboréens au culte d'Apollon et de Diane? C'est ce que les travaux des mythologues modernes n'ont pas éclairci.
Hésiode et l'auteur du poème des Épigones sont les premiers qui parlent des Hyperboréens, on ne sait d'après quelle ancienne tradition. Admis dès lors dans la géographie mythique des Grecs, ces peuples furent placés tantôt en plein nord, tantôt vers l'ouest, sans doute parallèlement aux déplacements qu'éprouva la localisation du mythe des Hespérides. Pindare fait résider les Hyperboréens aux sources de l'Ister. Il rapporte qu'Hercule, voulant planter le bois sacré d'Altis, alla chercher l'olivier dans leur heureux climat. Il reconnaît cependant qu'on ne saurait parvenir à ce pays ni par mer ni par terre. Hérodote, qui rapporte les légendes des prêtres de Délos au sujet de ces peuples, n'ajoute pas foi à leur existence réelle, ce qui n'empêcha pas les anciens de leur rendre sérieusement une existence historique, à peu près vers l'époque d'Aristote.


Le lieu géographique des Hyperboréens

Seulement la géographie réelle gagnant peu à peu du terrain sur le domaine de la fable, le pays des Hyperboréens commença à reculer indéfiniment et à subir les plus étranges déplacements. Transporté des îles sur les côtes de l'océan septentrional, puis sous le pôle, il vint se placer, avec Hécatée d'Abdère, dans une grande île, voisine de la Celtique, et patrie du Scythe Abaris. Plus tard, il occupa les Alpes, puis les Carpathes, la Gaule et la Sarmatie. Mais Strabon n'en admettait déjà plus l'existence, et la tradition populaire lui attribuait seule une vague réalité.


Autres mythes :