Accueil > Les mythes commençant par L > Le mythe de latone

Le mythe de Latone



L'épouse de Jupiter

Latone est la fille de Saturne et de Phébé, selon Hésiode, ou de la même et de Polus, selon Hygin. Elle est née dans l'lie des Hyperboréens. Elle eut de Jupiter Apollon et Diane.
Les plus anciennes traditions de la mythologie grecque la représentent comme l'une des femmes du maître des dieux, auquel elle fut unie avant Junon, et ne font nullement mention des persécutions qu'elle eut à souffrir de la part de cette dernière, avant de mettre au monde ses deux enfants. Protectrice des Troyens, on la voit, dans l'Iliade, seconder Diane dans les soins qu'elle prodigue à Énée blessé, et ramasser les flèches de sa fille outragée par Junon, sans engager une lutte avec cette dernière. Mercure lui-même n'ose combattre Latone, persuadé que c'est une témérité trop grande de s'attaquer aux femmes de Jupiter. Il est encore question dans l'Iliade de la vengeance que Latone tira de Niobé, et dans l'Odyssée du châtiment de Tityus, audacieux amant de la déesse.
Hésiode dépeint aussi Latone, comme une déesse propice, unie à Jupiter avant Junon. Il la représente enveloppée d'un voile de couleur sombre.


L'amante de Jupiter

C'est dans les hymnes homériques que Latone apparaît pour la première fois, non plus en qualité d'épouse de Jupiter, mais seulement comme une des nombreuses amantes du dieu, et exposée aux effets de la vengeance de Junon. Celle-ci poursuivit elle-même sa rivale, ou chargea de cette mission le serpent Python. On dit encore que ce furent Mars et Iris qui, à l'instigation de l'épouse de Jupiter, jurèrent de ne laisser accoucher Latone en aucun lieu de la terre. La malheureuse déesse trouva cependant un refuge à Délos, suivant l'opinion la plus générale.
Voici les principales variantes relatives à cette phase de la vie de Latone, brodée à plaisir et altérée en tous sens par les mythographes:

  • Latone errant de tous côtés sans savoir où porter ses pas, Jupiter ordonna au vent du nord de la conduire auprès de Neptune. Celui-ci lui désigna l'île d'Ortygie comme un lieu où elle trouverait le repos, et la couvrit de ses flots. Il obéissait ainsi à la demande de Junon, qui avait juré que Latone n'accoucherait dans aucun lieu éclairé par le soleil. Plus tard Neptune fit reparaître à la surface des flots l'île d'Ortygie, qui prit alors le nom de Délos.

  • Jupiter changea Latone en caille. La déesse, arrivée à Délos sous cette forme, donna à l'île son nouveau nom d'Ortygie.

  • Latone, délivrée de son fardeau dans l'île d'Astérie, se rendit ensuite en Lycie pour laver ses enfants dans le Xanthe. Chemin faisant, elle rencontre des pasteurs et leur demande la permission de baigner ses enfants dans la source de Mélite. Les pasteurs refusent. Alors surviennent des loups qui conduisent la déesse sur les rives du Xanthe. Latone y accomplit les ablutions, consacre le Xanthe à Apollon, et, après avoir changé en grenouilles ses grossiers adversaires, donne au pays le nom de Lycie (de Lycos, loup).

  • Latone, se rendant avec ses enfants de Chalcis en Eubée à Delphes, arrive à l'antre de Python. Le monstre la saisit, et veut l'étouffer. Mais la déesse échappe à la mort en se réfugiant sur une pierre sacrée placée au pied d'un platane. C'est alors qu'Apollon perce le serpent de ses flèches.

  • Pendant que Latone mettait Apollon au monde dans le bois d'Ortygie, les Curètes entrechoquaient bruyamment leurs armes pour empêcher Junon d'entendre les cris de la mère et les vagissements de l'enfant. Après l'enfantement, la déesse se baigna dans le Cenchrius.

Telles sont les principales traditions relatives à Latone, qui n'a guère, dans les traditions postérieures aux légendes homériques, d'autre rôle important que celui d'être mère d'Apollon et de Diane. Lors de la fuite des dieux en Egypte, elle se changea en musaraigne.


Le culte de Latone

Le culte de Latone était très répandu en Grèce, et étroitement lié à celui d'Apollon. Elle avait des temples à Mégare, à Argos, à Amphigénie en Lycie, à Délos, etc. Les Crétois célébraient en son honneur une fête nommée Ecdysies.


Autres mythes :