Accueil > Les mythes commençant par M > Le mythe de médée (ou médéia ou médéa)

Le mythe de Médée (ou Médéia ou Médéa)



Une fameuse magicienne

Médée est une célèbre magicienne. Elle est la fille d'Æétès et de l'Océanide Idyie, selon Hésiode, ou d'Hécate selon Diodore. Elle est également la sœur de Circé et d'Ægialée.
Amoureuse de Jason, elle lui facilita les moyens de conquérir la toison d'or, et épousa son amant, avec lequel elle s'enfuit à Iolcos. Ce fut là qu'elle rajeunit Éson et qu'elle fit périr Pélias par une ruse atroce. Forcée de se réfugier à Corinthe pour ce crime, elle y vécut tranquillement avec son époux, jusqu'à ce que celui-ci fut devenu amoureux de Glaucé ou Créuse. Après avoir tiré vengeance de sa rivale, Médée égorgea les enfants qu'elle avait eus de Jason. On n'est pas d'accord sur le nom de ces malheureuses Victimes de la jalousie. Ce sont Mermérus et Phérès ; ou Thessalus, Alciménès, Tisandre, Polyxène, Ériopis et Argus ; ou sept fils et sept filles. Ce meurtre ne permit pas à Médée de rester à Corinthe. Elle s'enfuit à Athènes et s'y unit à Egée, dont elle eut Médus, que d'autres font naître d'un roi d'Asie, épousé par Médée après son départ d'Athènes, car elle dut quitter aussi cette ville pour avoir voulu empoisonner Thésée.


D'autres traditions relatives à Médée

Suivant une autre tradition, elle se rendit de Corinthe à Thèbes, pour réclamer le secours d'Hercule, qui s'était engagé, en Colchide, à l'aider si son mariage avec Jason avait un dénouement fatal. Elle le guérit de sa folie, et se rendit ensuite à Athènes. Hygin dit qu'elle quitta cette ville avec Médus et gagna la Colchide, où son fils rétablit Æétès sur le trône. Elle fit aussi une excursion en Italie, selon Servius, et apprit aux Marrubes à conjurer les serpents, ce qui lui valut le surnom d'Anguitia.
Suivant Justin, Médée mourut dans sa patrie, après s'être concilié les bonnes grâces de sa famille. Admise à l'immortalité après sa mort, elle jouit d'un culte divin, et descendit aux champs Élysées pour y être l'épouse d'Achille.
D'autres traditions relatives à Médée, mais qu'il est impossible de classer dans le récit de sa vie mythique, rapportent qu'elle fut l'amante de Sisyphe, et que, poursuivie par Jupiter, elle refusa de lui céder. Junon la récompensa en promettant l'immortalité à ses enfants, qui furent en effet honorés à Corinthe d'après l'ordre de l'oracle. On rapporte aussi qu'elle disputa à Thétis la palme de la beauté. Idoménée, juge de ce singulier concours, décida en faveur de la mère d'Achille.


Des mythes au désavantage de Médée

Selon Élien et quelques historiens évhéméristes, tout ce que l'on publiait au désavantage de Médée était faux. Une tradition, en vogue à Corinthe, rapportait que Médée, venant régner dans cette ville, par droit d'héritage, après la mort de Corinthus, cacha ses enfants dans le temple de Junon pour les rendre immortels. Jason, irrité, s'en retourna alors à Iolcos, où Médée le suivit.
Des légendes, provenues d'une même souche, nous montrent l'épouse de Jason tuée par les Corinthiens, et ajoutent que ceux-ci, ayant lapidé ses enfants pour les punir d'avoir présenté à Créuse la cassette fatale, une peste frappa leur ville jusqu'à ce qu'ils eussent institué une fête expiatoire en l'honneur de ces quatorze infortunés, et élevé une statue à la Peur.


Autres mythes :