Accueil > Les mythes commençant par M > Le mythe de myrtile (ou myrtilos)

Le mythe de Myrtile (ou Myrtilos)



Le conducteur du char d'Œnomaüs

Myrtile était le conducteur du char d'Œnomaüs. Il était le fils de Mercure et de Cléobule, ou de Théobule, ou de Clytie, ou de Phaétuse, ou de Myrto. On le fait encore naître de Jupiter et de Clymène.
Pélops, désespérant de vaincre Œnomaüs à la course dont la main d'Hippodamie était le prix, promit à Myrtile la moitié du royaume s'il voulait lui procurer la victoire. L'écuyer infidèle ôta les clous qui retenaient les roues du char de son maître sur les essieux, et Pélops triompha. D'autres traditions prétendent que ce fut Hippodamie elle-même qui corrompit Myrtile. Dans Pindare, il n'est pas question de la trahison de celui-ci, et Pélops remporte la victoire avec l'aide de Neptune, qui lui avait fait présent de chevaux ailés. On voyait ces animaux représentés sur le coffre de Cypsélus. On dit encore qu'amoureux d'Hippodamie, Myrtile consentit à trahir son maitre à condition que Pélops lui céderait la jeune fille pour une nuit.


La mort de Myrtile

Quoi qu'il en soit, Pélops, soit pour empêcher la découverte de sa ruse, soit pour ne pas payer la récompense promise et se débarrasser d'un amant importun, jeta Myrtile de son char dans la mer. Le malheureux cocher appela, en expirant, la vengeance des Furies sur les Pélopides, et fut placé parmi les astres par son père. Son corps, poussé par les flots jusque chez les Phénéates en Arcadie, fut enseveli en ce lieu, où l'on institua une fête funèbre en son honneur. Pélops lui-même éleva un temple en l'honneur de sa victime à Élis.


Autres mythes :