Accueil > Les mythes commençant par O > Le mythe de océan (ou océanos ou océanus)

Le mythe de Océan (ou Océanos ou Océanus)



L'Océan selon l'Iliade

Déjà personnifié dans Homère, qui, le regardant comme le principe de toutes choses et des dieux mêmes, ne lui assigne pas d'origine, l'Océan est, suivant l'Iliade, un dieu puissant qui ne le cède qu'à Jupiter. Océan a pour épouse Téthys. Ses filles sont Eutrynome, Thétis et Persé. Lorsque Jupiter combattit les Titans, l'Océan reçut Junon des mains de Rhée et cacha la Jeune déesse dans son palais, situé à l'occident du monde.
Comme fleuve, son cours limite la terre de toutes parts, ainsi qu'il est dit dans la description du bouclier d'Achille. Formant un orbe immense, qui s'alimente de lui-même, il n'a ni source ni embouchure, et donne naissance à toutes les mers, à tous les fleuves et à toutes les sources. Bien que ses flots soient contigus à ceux de la haute mer qu'il entoure, ils ne s'y mêlent cependant jamais et coulent toujours seuls. C'est de leur sein que sortent les astres, l'Aurore et le Soleil, qui va s'y reposer chaque soir. Aussi la partie occidentale du fleuve porte-t-elle le nom de bain de l'Océan.
Au delà de l'Océan, au couchant comme au levant, habitent divers peuples mythiques, tels que les Éthiopiens, vertueux et fortunés, et les Cimmériens, auxquels Hélios n'envoie jamais ses rayons. C'est auprès de la demeure de cette race malheureuse qu'Ulysse aborda à la plage que Circé lui avait indiquée et où se trouvaient le bois de Proserpine, le palais de Pluton, les fleuves infernaux, et le pays des rêves. A l'opposite était l'Élysée. Au sud enfin habitaient les Pygmées et tous les êtres fantastiques, bienfaisants ou funestes, que l'imagination des Grecs supposait résider aux confins de la terre.
Toute cette géographie mythologique est du reste très obscure et pleine de contradictions qui choquent le bon sens.


L'Océan selon Hésiode

Dans Hésiode, l'Océan est fils d'Uranus et de la Terre et l'aîné des Titans. Époux de Téthys, il en a trois mille fleuves et autant d'Océanides. Comme fleuve, il a des sources. Apollodore dit que le Styx est un de ses bras, et forme la dixième partie de l'Océan entier. Les neuf autres bras entourent la terre et la mer et se jettent dans cette dernière, après en avoir fait le tour.


L'Océan selon Eschyle

Eschyle représente l'Océan arrivant auprès de Prométhée, et se servant, en guise de monture, d'un dragon ailé. Un bas-relief du Musée capitolin reproduit cette conception du poète. Mais le dieu est plus habituellement représenté sous les traits d'un vieillard tenant une urne. Ses autres attributs sont la corne d'abondance, le sceptre, le réseau, etc. Quelquefois sa tète est surmontée de cornes.


Autres mythes :