Accueil > Les mythes commençant par O > Le mythe de ombre (ou eidolon ou phantasma ou umbra ou simulacrum)

Le mythe de Ombre (ou Eidolon ou Phantasma ou Umbra ou Simulacrum)



L'intermédiaire entre l'âme et le corps

Chez les anciens, l'ombre était quelque chose d'intermédiaire entre l'âme et le corps. Ayant la figure de celui-ci, mais figurativement seulement et sans être palpable, elle servait à l'âme comme d'enveloppe. C'était cette ombre qui descendait aux enfers. Toutes ces notions sont du reste contradictoires, et il parait que ces ombres, impalpables pour des mains mortelles, pouvaient sentir la douleur physique et le plaisir puisqu'elles peuplaient l'Enfer et l'Élysée, suivant qu'elles avaient bien ou mal agi sur la terre.
Ulysse voit des torrents de sueur ruisseler des membres de l'ombre de Sisyphe. Hercule, quoique immortel, était dans les enfers, non pas en chair et en os, mais en ombre, tandis que lui-même habitait les cieux. C'est bien là l'une des plus bizarres conceptions de la mythologie antique. Elle exprime sans doute la nécessité pour tout mortel de payer son tribut au noir royaume.


Autres mythes :