Accueil > Les mythes commençant par O > Le mythe de osiris (ou ousri ou ousiri ou ousiréi)

Le mythe de Osiris (ou Ousri ou Ousiri ou Ousiréi)



Un dieu égyptien

Osiris est l'une des plus grandes divinités de l'Egypte. Suivant les mythologues grecs, qui ne nous ont transmis la mythologie égyptienne que considérablement altérée par le mélange de leurs traditions nationales. Il était le fils de Saturne et de Rhée, ou de Jupiter et de Junon.


La première partie du mythe d'Osiris

Souverain de l'Egypte, il civilisa ses sujets, leur donna des lois, leur enseigna l'agriculture, et institua le culte des dieux. Thèbes lui dut sa fondation. Voulant faire jouir des bienfaits de la civilisation l'univers, plongé dans la barbarie, il confia l'administration de son royaume à sa sœur-épouse Isis, ainsi qu'à Mercure, aidés d'Hercule, de Busiris et d'Antée. Puis, accompagné d'Apollon, son frère, d'Anubis et de Macédo, ses fils, et du dieu Pan, auxquels on adjoint encore Maron et Triptolème, il visita successivement l'Ethiopie, l'Arabie, les Indes et la Thrace. Macédo resta par ses ordres dans le pays qui prit plus tard le nom de Macédoine, et Triptolème alla enseigner aux Athéniens la culture de la vigne.
Telle est la première partie de la légende d'Osiris, composée, comme on le voit au premier coup d'œil, de traditions empruntées à toutes les contrées et à tous les âges, et grossièrement fondues en un tout par les mythologues syncrétistes.


La seconde partie de la légende d'Osiris

La seconde partie de ce mythe a un caractère tout différent, et paraît appartenir en propre à l'Egypte, quoique les philosophes d'Alexandrie l'aient transportée plus tard dans la mythologie grecque, en identifiant Bacchus avec Osiris.
La voici en résumé: De retour dans ses États, le conquérant égyptien, accueilli par ses peuples comme un triomphateur, fut invité à un banquet magnifique par Typhon, dont Isis avait déjoué la malveillance. Soixante-douze conjurés et la reine d'Ethiopie, Aso, formaient les convives. Au milieu du repas, un esclave apporta, sur l'ordre de Typhon, un coffre habilement fait et secrètement adapté à la taille d'Osiris. Le maître du festin promet de le donner à celui qui le remplira de son corps. Osiris seul satisfait à cette condition, et, aussitôt introduit dans le coffre, est enfermé, et jeté dans le Nil. Il était âgé de vingt-huit ans.
Isis, qui se trouvait alors à Chemnis, instruite de la mort de son époux, se mit à la recherche de son corps avec l'aide d'Anubis, et retrouva le coffre mystérieux dans le palais du roi de Byblos. Elle institua des fêtes en l'honneur de son malheureux époux, dont le corps, lacéré en treize morceaux, fut enterré à Philé, dans la partie méridionale de l'Égypte. Cette lacération fut introduite plus tard dans le mythe de Bacchus. Suivant une autre tradition, chacun des lambeaux du corps d'Osiris, recouvert de cire et d'aromates, fut placé dans une des treize villes principales de l'Egypte, ce qui veut dire sans doute, que treize cités se disputaient l'honneur de posséder la dépouille mortelle du dieu. On rapporte encore qu'Osiris fut enseveli dans une tombé en forme de bœuf, et que son âme immortelle fut censée passer dans le bœuf Apis.
Après sa mort, Osiris eut d'Isis le faible Harpocrate. Son épouse lui avait déjà donné deux fils: Arouère et Macédo, et une fille: Bubastis. Anubis était fils d'Osiris et de Nephthys.


Le culte d'Osiris

Le culte d'Osiris, qui paraît n'avoir été autre, chez les Égyptiens, qu'une personnification du principe lumineux et actif, identique avec le soleil, était répandu dans toute l'Égypte, et surtout à Philé, où l'on offrait chaque jour au dieu trois-cent-soixante coupes de lait. Une cérémonie à peu près analogue avait lieu à Acanthe. Les sacrifices d'Abydos étaient remarquables par le silence absolu qui devait y régner. De nombreuses fêtes, célébrées à certaines époques de l'année, rappelaient, du reste, d'une manière symbolique, toutes les circonstances de la vie du dieu-roi, qui se trouvent retracées, par la sculpture ou la peinture, sur les parois des temples égyptiens.
Osiris y apparaît coiffé d'une mitre ou bucéphale. Ses attributs sont la croix ansée, le sceptre à tête de coucoupha, le van sacré et le bâton augural.


L'ami de Turnus

Osiris était l'ami de Turnus. Il fut tué dans la guerre des Rutules.


Autres mythes :