Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de palladium

Le mythe de Palladium


Le Palladium est l'ancienne image de Pallas, qui était secrètement conservée et honorée comme gage du salut public. C'est surtout le palladium de Troie qui acquit une grande célébrité dans l'antiquité. Il y a diverses traditions sur son origine:

  • Minerve, après sa naissance, était élevée chez Triton, qui avait une fille nommée Pallas. Se livrant toutes deux aux exercices militaires, elles prirent un jour dispute, et Pallas était prête à frapper Minerve, lorsque Jupiter, craignant pour sa fille, mit au devant d'elle l'Égide. Pallas, effrayée, fixa sa vue dessus, et Minerve, l'ayant frappée en cet instant, la fit tomber morte. Minerve, au désespoir de cet événement, fit une statue en bois exactement semblable à Pallas, lui mit sur la poitrine l'Égide qui l'avait effrayée, et la plaça, pour honorer sa mémoire, auprès de Jupiter. Par la suite, Électre, après avoir été séduite, s'étant réfugiée auprès de cette statue, le Palladium fut précipité avec elle dans le pays d'Ilium, où Ilus lui fit bâtir un temple et lui rendit les honneurs divins, selon Apollodore.
  • Cette image fut consacrée par Électre.
  • Dardanus la reçut de Jupiter.

La représentation du Palladium

Elle avait trois coudées de hauteur, les jambes étaient collées l'une contre l'autre. Dans la main droite était une lance, dans la gauche une quenouille et un fuseau. Ulysse et Diomède s'en emparèrent, parce que le salut de Troie était y attaché, ou plutôt parce que c'était un gage de victoire pour ceux qui la possédaient.


La possession du Palladium

Plusieurs villes grecques, telle qu'Athènes, Argos, etc., se disputaient l'honneur de posséder le Palladium de Troie. Les Romains ne furent pas en rente de ce côté. Rattachant leur origine à l'émigration troyenne, ils racontaient qu'il y avait deux Palladiums, dont l'un fut emporté par Ulysse et par Diomède, tandis que l'autre parvint en Italie par les soins d'Énée. Cette tradition conciliait les récits des poètes étrangers avec les exigences de l'histoire nationale.
Mais on imagina mieux encore. Suivant Ovide, le Palladium emporté par les Grecs n'était qu'une fausse image. La bonne était celle dont Énée avait assuré la conservation. Du reste, Rome, Lavinium, Luceria Siris se disputaient, avec des titres également valables, la possession de ce talisman miraculeux. Dans les œuvres d'art, le Palladium est figuré par une Minerve debout, tenant le bouclier et l'épée.


En complément :

Autres mythes :