Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de pandare (ou pandaréos ou pandarès)

Le mythe de Pandare (ou Pandaréos ou Pandarès)



Le fils de Mérops

Pandare est le fils de Mérops, de Milet en Crète, selon Pausanias et Eustathe. Antonius Libéralis, par suite sans doute d'une confusion entre cette ville et celle de Carie, qui portait le même nom, lui donne Éphèse pour patrie.
Les traditions postérieures à Homère le représentent comme un personnage vorace et avide. Cérès lui avait conféré la faculté de autant manger qu'il le voudrait sans en ressentir aucun malaise. Désireux de posséder le chien d'or, œuvre de Vulcain, placé devant le temple de Jupiter en Crète, il ne craignit pas de le voler, et le confia à Tantale. Effrayé de la punition de son complice, Pandare s'enfuit à Athènes, et de là en Sicile, où il mourut ainsi que sa femme Harmothoé. Une autre tradition rapporte qu'ayant redemandé en vain le chien à Tantale, il fut changé en pierre par Jupiter.
Mais Pandare est surtout célèbre par la malheureuse destinée de ses trois filles: Aédon, qui fut métamorphosée en rossignol, Camiro et Clytie. Cette partie du mythe de Pandare est la seule dont parle Homère, qui ne donne pas les noms des deux sœurs d'Aédon: « Après que les dieux, dit-il, les eurent faites orphelines, en tuant leur père et leur mère, elles restèrent dans la maison paternelle. La déesse Vénus eut soin de les nourrir de lait, de miel et de vin. Junon leur donna en partage la beauté et la sagesse au-dessus de toutes les femmes de leur temps, Diane leur fit présent de la belle taille, et Minerve les instruisit à faire toutes sortes de beaux ouvrages. Et quand elles furent en âge d'être mariées, Vénus alla sur l'Olympe prier Jupiter de leur donner des maris. Cependant les Harpies enlevèrent ces princesses, et les donnèrent pour suivantes aux Furies. » Polygnote les avait représentées dans la Lesché de Delphes, couronnées de fleurs et jouant aux dés.


Un Lycien

Panadre (ou Pandaros) est un Lycien. Il est le fils de Lycaon et l'auxiliaire de Priam. Aimé d'Apollon, qui lui fit présent d'un arc, il se distingua, pendant la guerre de Troie, par son adresse à lancer des flèches, et blessa Ménélas, malgré la trêve. Il fut tué plus tard par Diomède.


Un Troyen

Panadre était un Troyen. Il était le frère de Bitias. Il fut tué par Turnus.


Autres mythes :