Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de pénélope

Le mythe de Pénélope



La fille d'Icarius

Pénélope est une célèbre héroïne antique, type de la chasteté et de la fidélité conjugale. Elle était la fille d'Icarius, qui la donna en mariage à Ulysse, soit à la suite d'un concours, soit sur la prière de Tyndare. Télémaque fut le fruit de cette union.
Outre Télémaque, Pénélope eut encore d'Ulysse un fils nommé Arcésilaüs ou Ptoliporthès. Tzetzès et Eustathe apportent qu'elle portait dans son enfance le nom d'Améiracé ou d'Arnacie (ou Arnæa), et que, jetée à la mer par Nauplius, elle fut sauvée par des flamants, dont elle prit le nom.


Durant l'absence d'Ulysse

Restée seule à Ithaque, après le départ de la flotte grecque dirigée contre Troie, Pénélope fut exposée pendant vingt années à toutes sortes de persécution, et surtout aux poursuites des prétendants, qui, établis en maîtres dans la demeure d'Ulysse, pressaient la chaste épouse de s'unir à l'un d'entre eux. Mais, dévorée du regret de celui qui était au delà des mers, elle montra que Minerve ne l'avait pas en vain instruite dans les beaux ouvrages, et douée de prudence et de ruse.
Évitant de brusquer ses odieux amants en rejetant ouvertement leurs propositions, elle fit dresser dans son palais un métier, se mit à travailler elle-même à un grand voile, et leur persuada d'attendre qu'elle eût fini ce voile, destiné aux funérailles du héros Laerte. Pendant le jour, elle travaillait avec beaucoup d'assiduité. Mais la nuit elle défaisait ce qu'elle avait fait. Cette fraude fut cachée trois ans entiers. Au bout de ce terme, Pénélope fut trahie par une de ses femmes, et se vit obligée d'achever son ouvrage.
Exposée alors plus que jamais aux odieuses poursuites de ses amants, elle déplorait son sort et celui de son fils. Minerve lui apparut un Jour, sous la forme d'Iphthimé, sa sœur, pour la consoler.


Le retour d'Ulysse

Sur ces entrefaites, Ulysse revint à Ithaque, déguisé en mendiant. Il rassura son épouse sans se faire connaître, et, par le moyen de Télémaque, l'engagea à proposer aux prétendants de tendre l'arc qu'il avait reçu autrefois d'Iphitus. Lorsqu'on vint annoncer à Pénélope qu'elle était délivrée de ses amants, et qu'Ulysse était de retour, elle refusa d'abord de le reconnaître. Mais, ayant reçu de lui des preuves non équivoques de son identité, elle l'accueillit avec la plus vive tendresse.


Les variantes du mythe de Pénélope

Cet admirable type de l'épouse chaste et prudente, l'un des plus beaux qu'ait créés l'esprit poétique de l'antiquité, a été défiguré dans les traditions postérieures à Homère. On rapportait que Pénélope, ayant eu commerce avec Mercure ou avec tout les prétendants, avait donné le jour au dieu Pan. Chassée d'Ithaque par Ulysse, elle s'était enfuie à Sparte, puis à Mantinée, où l'on montrait son tombeau. Il est impossible de dire sur quel fondement repose cette légende, qui pouvait peut-être provenir de quelque association d'idées par allitération.
On racontait encore que l'épouse d'Ulysse, tué involontairement par Télégone, s'était enfuie avec celui-ci, et l'avait épousé dans l'île d'Æa ou dans les îles Fortunées. Nous avons déjà en occasion de remarquer, dans les traditions postérieures, une tendance à altérer la pureté des conceptions primitives. C'est ainsi que, après Homère, un fait de la sévère déesse du mariage, une épouse adultère, et qu'on la suppose exposée toute nue aux regards de Pâris.


Autres mythes :