Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de péroun

Le mythe de Péroun



Un roi qui échappa à un cataclysme

Péroun est un roi d'une île voisine de Formose, dont les habitants, haïs des dieux à cause de leurs vices, périrent dans un cataclysme. Péroun, averti à temps par un songe surnaturel, se réfugia dans une embarcation avec sa famille, et aborda en Chine. Les provinces méridionales de ce pays célèbrent encore aujourd'hui une fête annuelle en son honneur. On l'honore aussi au Japon.


Le dieu du tonnerre

Péroun signifie éclair. Il était le dieu du tonnerre chez les Slaves. C'était l'une des principales divinités de ces peuples, qui le représentaient avec une tête d'argent, des oreilles d'or et des pieds de fer, et tenant à la main un simulacre de la foudre. Auprès de son idole brûlait un feu éternel, dont l'extinction entraînait la perte du prêtre coupable de cette négligence. Péroun avait des autels chez les Slaves des différentes contrées de la Russie. Le serment se prêtait sur sa statue et en son nom.
Lorsque le célèbre empereur Vladimir embrassa la religion chrétienne et abolit le culte des faux dieux, il s'attacha avec un soin particulier à détruire l'Idole de Péroun qu'il avait fait élever lui-même sur le Buritchew avant que l'évêque de Kherson lui eût conféré le baptême. Il commanda qu'on attachât la statue à la queue d'un cheval, et qu'elle fût traînée par les montagnes. Et, durant ce trajet, douze hommes, montés dessus, la flagellaient de verges et l'injuriaient de paroles. Il la fit ensuite précipiter dans le Dniéper.


Autres mythes :