Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de philoctète (ou philoctétès)

Le mythe de Philoctète (ou Philoctétès)



Un guerrier grec

Philoctète était un guerrier grec, célèbre par sa valeur et par son habileté à tirer de l'arc. Il était le fils de Pœas et de Démonassa. Lorsque l'armée des Atrides s'assembla dans le port d'Aulis, Philoctète y amena sur sept vaisseaux les guerriers de Méthone, de Thaumacie, de Mélibée et d'Olizone. Mordu par un serpent durant la traversée, il fut jeté à Lemnos par ses compagnons d'armes, et Médon, fils d'Oilée, prit le commandement de son corps. Plus tard, il revint heureusement dans sa patrie.
Homère ne dit rien de plus sur ce héros, dont le mythe a été singulièrement embelli et modifié par les poètes postérieurs et les mythographes de tout âge. Nous allons l'exposer conformément à leurs récits, en conservant soigneusement les divergences des traditions.


Le mythe de Philoctète selon une première tradition

Philoctète, ami d'Hercule, qui lui enseigna à tirer de l'arc, hérita, après la mort de son maître, de ses flèches empoisonnées. Il prit part à l'expédition des Argonautes, et, en sa qualité de prétendant d'Hélène, à la guerre de Troie. Pendant la traversée, il fut mordu par un serpent, à Chrysa, à Lemnos, à Ténédos ou à Imbros.

  • Junon, irritée contre lui de ce qu'il avait préparé le bûcher d'Hercule envoya ce serpent pour le punir.

  • Quand les Grecs partirent pour Troie, il leur avait été prédit que, s'ils ne trouvaient l'autel de la nymphe Chrysa, ou de Minerve Chrysa, dans l'île de ce nom, et s'ils n'y offraient un sacrifice, ils ne pourraient s'emparer d'Ilion. Philoctète, découvrant en cet autel, fut blessé au pied par le serpent qui le gardait. Tzetzès dit que ce fut pour avoir méprisé l'amour de Chrysa.

  • C'est, non pas dans l'île de Chrysa, mais en contemplant le tombeau de Troïlus dans le temple d'Apollon Thymbrée, ou pendant un sacrifice offert à Apollon Sminthée par Palamède, ou dans un festin à Ténédos, ou encore pour avoir indiqué à ses compagnons, contrairement à ses promesses, le lieu de la sépulture d'Hercule, que Philoctète fut blessé.

  • La blessure dont il souffrit si longtemps fut, non pas une morsure de serpent, mais la punition de son parjure. En effet, un jour qu'il maniait les fameuses flèches, il s'en laissa tomber une sur le pied, et le poison eut bientôt vicié tout son sang.

Le mythe de Philoctète selon une seconde tradition

Forcés de se tenir à l'écart, et ne pouvant offrir aux dieux ni libations ni sacrifices, car Philoctète remplissait le camp de gémissements et d'imprécations sauvages, les Grecs, par le conseil d'Ulysse et sur l'ordre des Atrides, déposèrent le malheureux blessé dans la terre de Lemnos, île inhabitée, où il pourvut à sa misérable vie en perçant les oiseaux de ses flèches. Il vécut ainsi durant neuf ans. La dixième année du siège, un oracle ayant déclaré que Troie ne pouvait être prise sans les flèches d'Hercule, Ulysse et Diomède (ou Ulysse et Néoptolème, etc.) se rendirent à Lemnos, auprès de Philoctète, qui les suivit, soit volontairement, soit sur l'ordre d'Hercule. Arrivés à Ilion, Apollon le plongea dans un profond sommeil pendant lequel Machaon le guérit.
Cette partie du mythe présente diverses variantes. On l'abandonna, dit-on, à Lemnos, parce que les prêtres de Vulcain, qui habitaient cette île, savaient guérir la morsure des serpents. Pyllus, fils de Vulcain, lui rendit la santé. Photius rapporte qu'il mourut de sa blessure. D'autres traditions, analogues à celle-ci en ce qu'elles représentent l'île de Lemnos comme habitée, dérivent sans doute de la donnée suivie par Eschyle et Euripide qui, dans leur philoctète aujourd'hui perdu, avaient composé le chœur d'habitants de Lemnos. Ainsi, d'après Hygin, Phimachus, berger d'Actor, roi de l'île, pourvut à la subsistance du fils de Pœas. Philostrate s'écarte encore davantage du récit primitif. Selon lui, Philoctète, guéri par les médecins lemniens, qui pansèrent sa blessure avec de la terre sigillée, mena Eunée et quelques Mélibéens, qui étaient venus à terre avec lui, à la conquête des îles voisines de Lemnos, et reçut pour récompense une partie de Lemnos même, qu'il nomma Acésa. Ensuite il se rendit à Troie, avec Diomède et Néoptolème.
On rapporte que l'oracle fut rendu par Hélénus, ou par Calchas, et que le héros dut sa guérison à Podalire, aux deux fils d'Esculape, ou à Esculape lui-même.
Une fois devant Ilion, Philoctète tua Pâris d'un coup, de flèche et amena ainsi la chute de la ville. Les vents contraires ne lui permirent pas de revenir en paix dans sa patrie. Jeté sur la côte d'Italie, il y fonda les villes de Pétélie et de Crimissa, et bâtit dans cette dernière un temple en l'honneur d'Apollon Alæus, auquel il consacra son arc. Il périt dans un combat contre les Rhodiens. On voyait son tombeau à Macalla, où il avait un autel, honoré par des sacrifices annnuels.


Autres mythes :