Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de phinée (ou phineus)

Le mythe de Phinée (ou Phineus)



Le fils de Bélus

Phinée est le fils de Bélus et d'Anchinoé. Il est également le frère de Céphée et l'oncle d'Andromède. Il voulut enlever cette dernière à Persée, qui se défit de lui et de son parti, au moyen de la tête de Méduse.


Un Lycaonide

Phinée est un Lycaonide.


Le roi de Salmydessus

Phinée était un roi de Salmydessus en Thrace. On le fait aussi régner en Paphlagonie, ou en Arcadie. La tradition commune le donne comme fils d'Agénor. D'autres légendes substituent à celui-ci Phénix ou Neptune. Sa descendance n'est pas moins ambigu. Époux en premières noces de Cléopâtre ou de Cléobule, il en eut deux fils, Oryithus (Oarthus) ou Parthénius et Crambis, qu'on nomme aussi Plexippe et Pandion, Gerymbas et Aspondus, ou enfin Polydector et Polydore. D'un second mariage avec Idée, Idothée, Eurytie, ou Dia, naquirent Thynus et Mariandynus.
Apollon avait doué Phinée de la faculté prophétique, ce qui n'empêcha pas le malheureux monarque d'écouter les calomnies de sa seconde femme. Celle-ci, voulant se défaire des enfants du premier lit, les accusa d'avoir voulu la corrompre. Phinée la crut, et priva ses deux fils de la vue. D'autres disent qu'il se contenta de les faire exposer, ou encore qu'il les fit enterrer à mi-corps et fustiger jusqu'à la mort. Borée et les Argonautes, irrités de cette cruauté, l'aveuglèrent. On attribue aussi cette cécité à la colère du maître des dieux, parce que Phinée prédisait aux mortels ce qui devait arriver. Quelques-uns disent que ce fut Neptune qui lui fit perdre la vue, pour avoir indiqué aux enfants de Phrixus lit route qu'ils devaient suivre en retournant de Colchide en Grèce. Enfin l'on rapporte que, Phinée les ayant sauvés par sa faculté divinatoire, Æétès le maudit, et qu'Hélios exécuta cette malédiction en l'aveuglant. De plus les dieux lui envoyèrent les Harpyies, qui infectaient ses aliments. Tzetzès dit qu'elles étaient ses filles, et Hésiode (dans Strabon), ainsi qu'Ovide, qu'elles l'emportèrent chez les Galactophages ou dans le pays des Bistons.
Cette dernière tradition, conforme à l'esprit de l'antiquité homérique, qui présente plusieurs personnages ravis par les noires déesses, n'a pas été suivie par les derniers mythographes. Suivant Apollodore, Phinée, persécuté à Salmydessus par ces affreux monstres, promit aux Argonautes de leur apprendre ce qui concernait leur voyage, s'ils le délivraient. Pour y parvenir, ils firent servir une table couverte de mets. Dès que les Harpies l'eurent enlevée, Zétès et Calaïs, qui avaient des ailes, tirèrent leurs épées, et se mirent à leur poursuite à travers les airs. Le résultat de cette lutte, qui finit, soit par un accord entre les combattants, soit par la mort de tous, comme le veut Tzetzès, fut le repos définitif de Phinée, qui fournit aux Argonautes le moyen de traverser les Symplégades. Les Boréades, ou Esculape, rendirent la vue aux fils de Phinée.
Diodore raconte l'intervention des Argonautes sous une tout autre face: arrivant, selon lui, en Thrace, au moment où l'on fustigeait les fils de Phinée, ensevelis jusqu'à mi-corps, ils demandèrent leur délivrance, et, sur le refus du monarque, prirent les armes. Phinée fut tué par Hercule, qui rendit la liberté à Cléopâtre, sa première femme, et donna l'empire à ses enfants. Idée, la calomniatrice, fut renvoyée à son père Dardanus, qui la fit mourir.


Autres mythes :