Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de pléiades (ou pléiadès ou péléiadès)

Le mythe de Pléiades (ou Pléiadès ou péléiadès)



Les filles d'Atlas

Les Pléiades, qu'on nomme aussi Atlantides, étaient les filles d'Atlas et de Pléione, ou d'Æthra. On leur donne aussi pour père, comme aux Hespérides, Érechthée et même Cadmus. Enfin, un scoliaste de Théocrite les dit filles de la reine des Amazones.
Au nombre de sept, ainsi que leurs sœurs les Hyades, elles portent les noms suivants, selon le même scoliaste: Coccymo, Plaucia, Protis, Parthémia, Maïa, Stonychia, Lampatho. Mais la tradition la plus usuelle les désigne et les classe ainsi: Électre, qui eut de Jupiter, Dardanus et Éétion ; Maïa et Taygète, que le même rendit mères, la première, de Mercure, la seconde, de Lacédæmon ; Alcyone, amante de Neptune et mère d'Hyriée ; Céléno qui eut du même, Lycus et Nyctée, ou de Prométhée, Lycus et Chimæreus ; Stérope, amante de Mars ou d'Hypérochus, et mère d'Œnomaüs, son époux suivant d'autres ; Mérope, maîtresse de Sisyphe, dont elle eut Glaucus.


Leur métamorphose en étoiles

Désespérées de la mort de leurs sœurs, les Hyades, ou de celle de leur père, elles se donnèrent la mort, et furent changées en étoiles et placées sous le nom de Botrus (la grappe), dans le signe zodiacal du Taureau. Leur apparition, au printemps, indique aux marins la saison propice à la navigation. Six seulement se montrent d'ordinaire. La septième, Mérope, se cache, parce que des sept Pléiades, c'est la seule qui n'ait pas eu un dieu pour amant. D'autres prétendent que la Pléiade invisible est Électre, à qui le chagrin qu'elle eut de la chute des Dardanides ne permet pas de se montrer au ciel.


Leur métamorphose en colombes

On rapporte que les Pléiades, nymphes de la suite de Diane, poursuivies par Orion, en Béotie, furent changées en colombes, et de là transportées au ciel.


Autres mythes :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus