Accueil > Les mythes commençant par P > Le mythe de prométhée (ou prométheus)

Le mythe de Prométhée (ou Prométheus)



Un célèbre Titan

Prométhée signifie prévoyant. C'est un célèbre Titan. Il est le fils de Japet et de Clymène, ainsi que le frère d'Atlas, de Menœtius et d'Epiméthée, selon Hésiode ; ou le fils de Japet et d'Asie, selon Apollodore ; ou de Thémis, selon Eschyle ; ou d'Uranus et de Clymène ; ou d'Eurymédon et de Junon, selon Eustathe).
Il eut Deucalion d'Hésione, d'Axiothée ou de Pandore ; Hellen de Pyrrha ou de Clymène ; Lycus et Climæreus de Célæno. Hérodote lui donne Asia pour femme. Isis et Thébé sont mis aussi au nombre de ses enfants.


Le mythe de Prométhée selon Hésiode

Le mythe le plus ancien, qui nous a été conservé par Hésiode dans sa Théogonie, esquisse ainsi la légende de ce célèbre personnage, représentant de la race humaine: Les dieux et les hommes réglaient ensemble leurs différends à Mécone, l'ancienne Sicyone, lorsque Prométhée, voulant éprouver si Jupiter était vraiment digne des honneurs divins, tua un taureau, enveloppa dans sa peau la chair et les entrailles, et mit par-dessus ce qu'il y avait de plus mauvais, c'est-à-dire l'estomac. Il empila ensuite les os et les couvrit de graisse. Jupiter se laissa tromper, et choisit les os. Mais, furieux de sa méprise, il enleva le fer aux hommes.
Prométhée parvint à le dérober, en le cachant dans la tige creuse d'une férule, arbrisseau dont la moelle brûle lentement, et conserve longtemps l'étincelle sans s'éteindre. Puis, il le rendit aux mortels. Le roi de l'Olympe, irrité de ce nouvel attentat, ordonna à Vulcain de former du limon de la terre une créature séduisante, destinée à le venger, et enchaîna lui-même Prométhée à une colonne, où un aigle lui dévorait le foie, sans cesse renaissant. Plus tard, Jupiter, voulant couvrir Hercule d'une gloire nouvelle, lui permit de tuer cet aigle et de délivrer l'audacieux Titan.


Le mythe de Prométhée selon Eschyle

Dans le Prométhée enchaîné d'Eschyle, la légende est altérée en quelques points. Le fils de Japet y apparaît comme un dieu ami des mortels pour lesquels il est prêt à se sacrifier. Lorsque Jupiter, parvenu à la puissance souveraine, voulut exterminer la race humaine, Prométhée s'opposa à sa volonté. Divinité fatidique, il ôta aux mortels la connaissance de l'avenir, et ne leur laissa que l'espérance. Père de toute science et de tout art, il leur donna le feu, et inventa l'architecture, l'astronomie, le calcul, l'écriture, la navigation, la médecine, la divination, l'onéiromancie, la science augurale, etc.
Pour le punir de ses bienfaits, et quoiqu'il eût contribué à la défaite des Titans, Jupiter, jaloux de sa puissance, le fit enchaîner sur une montagne de Scythie par Vulcain, aidé de Cratos et de Bia. Là, Io vint le consulter sur sa destinée, ainsi que Mercure, envoyé par le maître des dieux, qui voulait apprendre de lui le nom du fils auquel, suivant une ancienne prédiction, les Parques destinaient l'empire du monde. Prométhée ayant refusé de révéler l'oracle, la foudre vint l'anéantir.
Ce dénouement, que justifie, sinon la tradition, du moins la nécessité pour Eschyle de clore son drame par une scène à effet, a peu embarrassé les mythologues. Prométhée devait, disait-on, subir un supplice de trente mille ans. Aussi son rocher l'accompagna-t-il aux enfers, et après y avoir longtemps séjourné, le malheureux Titan en sortit pour être de nouveau enchaîné sur le Caucase, où un aigle, fils de Typhon et d'Échidna, ou de la Terre et du Tartare, lui rongeait incessamment le foie. Ce supplice devait durer jusqu'à ce qu'un autre dieu, se dévouant pour lui, descendit de bon gré au Tartare. Chiron lui rendit ce service. D'autres disent que ce fut Jupiter lui-même qui délivra Prométhée, lorsque celui-ci lui eut annoncé le fatal résultat de son union projetée avec Thétis.


D'autres variantes du mythe

Divers légendes n'ont pu trouver place dans le cours de ce récit. L'une d'elles prétend que Prométhée fut enchaîné pour avoir voulu faire violence à Minerve. Il monta cependant, dit-on, au ciel, avec l'aide de cette déesse, et alluma une torche à l'une des roues du char du Soleil, selon Servius.
On dit aussi que sur l'ordre de Jupiter, Prométhée et Minerve créèrent l'homme, après le déluge de Deucalion, en empruntant à chaque animal une qualité particulière. Deucalion avait auparavant échappé à la mort, par les avis de Prométhée. Celui-ci lui avait donné l'idée du navire sur lequel il se sauva.
On représente encore Prométhée comme le créateur de l'homme formé d'eau et de terre et animé par le feu, ou comme l'homme primordial.
Dans Apollodore, c'est lui qui ouvre le cerveau de Jupiter. Nicandre de Colophon veut que le crime du Titan ait été d'avoir persuadé aux hommes de se défaire en faveur des serpents de la propriété de rajeunir, qu'ils possédaient dans l'origine.


Le culte et les représentations de Prométhée

Les Athéniens élevèrent un autel à Prométhée dans les jardins de l'Académie, où l'on célébrait des Lampadophories en son honneur. On montrait, du reste, sur le Caucase les chaînes qui avaient servi à le garrotter, et, chose étonnante, à Panopée en Phocide, les curieux pouvaient contempler et manier une argile identique à celle dont le premier homme avait été formé.
Plusieurs bas-reliefs antiques représentent diverses scènes de la vie de Prométhée, la création de l'homme, le supplice du Titan, et sa délivrance.


Autres mythes :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus