Accueil > Les mythes commençant par R > Le mythe de ragnar-lodbrok

Le mythe de Ragnar-Lodbrok



Un héros scandinave

Ragnar-Lodbrok est un célèbre héros scandinave. C'est le fils de Sigurd Hring, roi du Danemark. Il est surtout fameux par son combat avec un serpent monstrueux, qui portait la terreur dans tout le Jutland. Les Sagas rapportent ainsi le mythe qui le concerne:


L'encombrant dragon de Thora

Thora, fille de Herrand puissant iarl habitant le Jutland, Thora, la plus belle des vierges, excellait dans tous les arts agréables. Ille surpassait toutes les femmes, et s'élançait au-dessus d'elles par la souple élégance de sa taille, comme le cerf léger s'élance au-dessus des autres animaux. L'iarl, qui aimait beaucoup sa fille, fit construire pour elle un appartement non loin de la salle du roi, appartement entouré par une cloison. Il avait l'habitude de lui offrir tous les jours un cadeau, et il avait fait le serment d'agir ainsi toute sa vie. Un jour, il lui apporta un dragon jeune et beau. Elle le mit en cage, et plaça de l'or sous sa couche. En peu de temps le monstre grandit et l'or grandit avec lui. Bientôt la cage devint trop étroite pour le dragon, qui forma autour d'elle des replis circulaires. Il ne cessa pas de croître, et finit par étendre tellement ses anneaux, qu'il enveloppa l'appartement, et l'or s'accumulait proportionnellement. Puis il dépassa la cloison même et l'environna de ses plis, sa queue touchant sa tête. On ne s'approchait pas de lui sans danger, et personne n'osait plus pénétrer jusqu'à la jeune fille, excepté celui qui apportait au monstre ses aliments. Par repas, il dévorait un taureau.


La victoire de Ragnard face au dragon

Cependant l'iarl, furieux, promit de donner sa fille à l'homme qui tuerait le dragon et que l'or sur lequel le monstre était couché servirait de dot à la vierge. Alors régnait au Danemark Sigurd Hring, célèbre par la victoire qu'il remporta sur Harald Hildetand, dans les champs de Bravalla. Toutes les régions septentrionales savent comment Harald succomba sous le fer de Sigurd. Sigurd avait pour fils Ragnar, dont la taille était haute, le visage beau, la repartie prompte et spirituelle. La promesse que l'iarl avait fait proclamer parvint jusqu'à Ragnar, qui se fit faire des vêtements d'une forme inusitée, des culottes d'ours sauvage et un capuchon de même étoffe. Les crins étaient bouclés et épais. De là son surnom de Lodbrok.
Quand ses préparatifs furent faits, il fit tremper ce vêtement dans la poix bouillante, et la laissa durcir. Puis quand vint l'été, il s'embarqua pour le Jutland avec ses compagnons, cacha ses vaisseaux dans une anse de la baie, non loin des domaines de l'iarl, et y resta pendant une nuit entière. Il se leva de grand matin, quitta en secret son vaisseau, se roula dans le sable, puis ôta le clou qui attachait le fer au bois de sa lance, et s'achemina seul vers la porte du fort où commandait l'iarl. Tous les habitants étaient plongés dans le sommeil. Il marcha droit à l'appartement de la princesse, frappa le serpent de sa lance, la retira, et frappa de nouveau. Orm (tel est le nom du monstre) se recourba sous l'atteinte de la blessure, avec un mouvement si violent, que le bout de la lance se brisa. Dans sa lutte avec la mort il ébranla la forteresse. Quand Ragnar se retourna, une gerbe de sang jaillit de la blessure du monstre et frappa le dos du guerrier qui, grâce à ses vêtements, ne fut pas empoisonné.
Réveillées par le bruit, les habitantes du gynecée se présentèrent sur le seuil de la porte. Là, Thora, la jeune fille, demanda au jeune homme quel était son nom, et à qui il voulait parler. Il resta debout devant la vierge, et chanta les vers suivants:

J'ai risqué la vie qui m'est chère,
O vierge dont le visage est éclatant;
J'ai tué le monstre, ce poisson des champs;
Et moi-même je ne compte que quinze hivers:
Qu'une mort subite me frappe
Si je n'ai plongé profondément
Le fer de ma lance dans le cœur
De ce saumon du désert, qui s'entortille dans ses anneaux.

Ensuite il se tut, et partit emportant le bois de sa lance. La jeune fille comprit que le héros parlait de son exploit, et que les quinze hivers indiquaient son âge. Mais, ne sachant qui il était, elle se demandait si c'était un mortel ou un dieu, tant sa taille était élevée.


L'identification du héros

L'iarl fit arracher de la plaie la pointe de la lance, qui était si large et si pesante que peu d'hommes pouvaient la porter. On croyait que celui qui avait si glorieusement accomplit cette haute entreprise viendrait lui-même réclamer sa récompense. Mais Thora conseilla de convoquer une assemblée des guerriers, et de faire proclamer que tout le monde eût à s'y trouver: « Si l'un des hommes présents à cette assemblée prétend à l'honneur d'avoir tué le dragon, il présentera le bois de la lance à laquelle appartient le fer. »
L'iarl trouva bon conseil, et convoqua aussitôt l'assemblée. Le jour arrivé, l'iarl parut entouré d'une foule de chefs secondaires, et l'assemblée fut très nombreuse. Ragnar entendit parler de cette convocation, et s'y rendit avec presque tous ses hommes. Quand ils furent arrivés ils se tinrent un peu à l'écart des autres. Ragnar s'aperçut qu'il y avait beaucoup plus de monde que dans les circonstances ordinaires. L'iarl ordonna qu'on fasse silence, remercia les guerriers d'avoir obéi à sa sommation, puis leur raconta tout ce qui s'était passé, leur dit quelle promesse il avait faite à l'homme qui tuerait le dragon, ajouta que le monstre était mort, et que le héros auquel était dû cette héroïque entreprise avait laissé dans la plaie le fer de sa lance. « Si quelque membre de cette assemblée, ajouta-t-il, possède le bois de cette lance, il n'a qu'à le présenter ; je remplirai mes promesses, de quelque rang que soit le vainqueur. » Ensuite il fit présenter à chacun la pointe de cette arme, exhortant les guerriers à s'avancer pour qu'il lui fut facile de reconnaître les traits de l'homme qui présenterait le bois de la lance, et s'attribuerait cet exploit. Mais personne n'apporta le bois.
Enfin, on en vint à Ragnar, qui dit que c'était le fer de lance. Et voici que le fer et le bois réunis se trouvèrent appartenir à la même lance. Tous furent convaincus qu'il avait tué le dragon: action qui le rendit célèbre dans toutes ces contrées.


Le mariage de Ragnar et de Thora

Alors Ragnar sollicita la main de Thora, fille de l'iarl, qui la lui donna. Après les noces, Ragnar s'embarqua pour son pays, où il fut roi. Il aimait tendrement Thora, dont il eut deux fils, Étrek l'aîné, le cadet Agnar, tous deux d'une haute stature, d'un visage agréable et beau, habiles dans tous les exercices du corps.
Mais un jour il arriva que Thora tomba malade et mourut au milieu de ses trésors. Ragnar, profondément affligé, refusa de prendre une autre femme. Il nomma d'autres guerriers, chargés de vaquer avec ses fils aux affaires de l'État. Quant à lui, il recommença son existence aventurière, et sur tous les rivages où il aborda, il fut vainqueur.


Autres mythes :