Accueil > Les mythes commençant par R > Le mythe de rama

Le mythe de Rama



L'incarnation de Vishnou

Rama est la septième incarnation de Vishnou. Il naquit à Aoude, de Daçaratha et de Kaouçalia, et eut trois frères. Des prodiges nombreux signalèrent son enfance. Un serpent, issu du front de Ravana, l'ayant enlacé dans son berceau, fut mis en pièces par l'aigle Garoudha. Un autre oiseau, non moins célèbre, le corbeau Kaka-Bhouçouda, incarnation de Brahma, protégea aussi le jeune prince. Un jour qu'il partageait ses jeux, ne pouvant soutenir la vue de son divin ami, il s'envola à travers l'espace: le bras de Rama s'allongea, et le suivit dans les cieux. Adorant alors le merveilleux pouvoir de son compagnon, le corbeau vola dans sa bouche et y vit tous les mondes en germe. Tout ceci n'était cependant qu'un rêve, qui cessa dès que Rama eut posé sa main sur la tête de l'oiseau.


Les aventures de Rama

Parvenu à la puberté, le fils de Daçaratha suivit dans la solitude le sage Viçouamitra, qui perfectionna son éducation, lui fit présent d'armes enchantées, et avec les secours duquel il fit périr plusieurs démons et génies malfaisants. Ravana, instruit que Vishnou avait exécuté ce projet d'incarnation pour le vaincre, envoya contre lui une armée. Elle fut complètement détruite. Couvert de gloire, Rama se rendit alors à la cour de Djanaka, qui avait promis la main de sa fille Sita à celui qui parviendrait à tendre un arc magique, semblable à l'arc Dharoudj.
Il réussit sans peine à remplir la condition imposée, brisa même l'instrument merveilleux, et revint avec Sita à la cour de son père. Au moment où celui-ci se préparait à lui transmettre son autorité, il se laissa circonvenir par les intrigues de sa femme, et exila le jeune héros pour dix années. Il mourut peu après, en proie au plus noir chagrin. Rama cependant, suivi de son frère Lakchmana, recommença la vie glorieuse qui avait signalé son adolescence, partageant sa vie entre l'ascétisme et les combats.
Ravana lui ayant enlevé Sita, il résolut enfin de se venger de ce prince, qui régnait à Lanka, et s'adjoignit, par l'aide d'Hanouman, la puissante coopération de Sougriva, roi des singes, ainsi que celle de Djambouvan, chef d'une nombreuse troupe d'ours. Il se rendit alors à Ceylan, défit Ravana, et, après avoir repris son épouse, qui se soumit à l'épreuve du feu, éleva un temple à Siva, dont l'assistance lui avait été utile.
De retour dans ses États, il se montra aussi grand prince que sage législateur, initia ses peuples à la civilisation, et leur enseigna à adorer les dieux et à obéir à des lois. Laissant ensuite l'empire à son fils Koucha, il remonta dans le Vaikounta, qu'il habite toujours avec la belle Sita, et d'où il veille au bonheur de la terre.


Les représentations de Rama

Les images de Rama le représentent comme un jeune héros, doué de force et de beauté. Nu ou à demi-nu, sa peau est de couleur verte. Ses armes sont l'arc et le glaive.


Autres mythes :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus