Accueil > Les mythes commençant par S > Le mythe de styx

Le mythe de Styx



Une rivière des enfers

Styx est une rivière des enfers, qui, disent les poètes Grecs, sortant de la dixième source de l'Océan, entoure neuf fois les enfers de ses ondes, et y verse un affluent bien connu sous le nom de Cocyte. Hésiode la personnifie sous les traits d'une nymphe, fille de l'Océan et de Téthys. Elle habite, à l'entrée de l'Hadès, un portique arrosé de ses eaux et soutenu par des colonnes d'argent. Aimée du géant Pallas, elle eut de lui Zélos, Nicé, Cratos et Bia. On ajoute à cette liste Proserpine et Echidna, nées, l'une de Jupiter, et l'autre de Piras.
Ayant la première porté secours à Jupiter lors de l'attaque des Titans, le maître des dieux lui accorda en récompense que les immortels jurassent par ses eaux. En jurant par le Styx, il fallait, suivant Homère, que les dieux eussent une main étendue sur la terre, et l'autre sur la mer. Ou bien ils étendaient une main sur un petit vase rempli d'eau du Styx par Iris. Celui qui enfreignait son serment restait un an entier comme privé de vie, et passait neuf années, d'autres disent un siècle, loin de l'Olympe.


Des eaux malfaisantes

Les eaux du Styx étaient regardées comme très malfaisantes. Les Telchines, disait-on, la mêlaient avec du soufre pour faire périr les bestiaux et détruire les récoltes. Elles étaient si venimeuses qu'on ne pouvait les conserver que dans de la corne de cheval. De là le nom de Styx donné à une rivière d'Arcadie, dont les eaux étaient sans doute sulfureuses. Il y avait aussi un Styx près du lac Averne, en Italie, ce qui ferait croire que ces eaux durent leurs dénominations à un mélange d'accidents physiques et de traditions locales, basées d'ailleurs sur ces accidents.


Autres mythes :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus