Accueil > Les mythes commençant par T > Le mythe de tisiphone

Le mythe de Tisiphone



Une Furie

Tisiphone signifie expiatrice du meurtre. C'est l'une des Furies. Les plus anciens auteurs n'en font aucune mention. Suivant les poètes latins, couverte d'une robe ensanglantée, elle veille nuit et jour à la porte du Tartare. Dès que l'arrêt est prononcé aux criminels, Tisiphone, armée d'un fouet vengeur, les frappe impitoyablement. De la main gauche elle leur présente des serpents horribles, et appelle ses barbares sœurs pour la seconder. C'est elle, disent les mêmes poètes, qui répandait parmi les mortels la peste et les fléaux contagieux. Mais cette distinction n'appartient nullement à l'antiquité, qui avait dévolu aux trois sœurs la même mission vengeresse.
Dans les tragiques, les Furies n'ont pas encore de noms particuliers. Il est donc faux de prétendre que cette furie avait sur le mont Cythéron un temple où Œdipe vint chercher un asile.


La fille d'Alcmæon

Tisiphone est la fille d'Alcmæon et de Manto. Élevée à la cour de Créon, roi de Corinthe, et vendue par ordre de sa femme, elle épousa plus tard son père sans le connaître.


Autres mythes :