Accueil > Les mythes commençant par U > Le mythe de uranus (ou ouranos ou cœlus)

Le mythe de Uranus (ou Ouranos ou Cœlus)



La personnification du ciel

Uranus est le ciel personnifié. Homère ne le mentionne qu'implicitement dans quelques noms patronymiques (Ouraniones, Uranides). Suivant Hésiode, la Terre l'engendra seule, ainsi que les montagnes et Pontos. Elle eut de lui l'Océan, Saturne, les Titans et leurs sœurs, les Cyclopes et les Hécatonchires.
Après sa mutilation, Vénus, les Furies, les Mélies, les géants naquirent de son sang.
Dans les Orphiques, il est dit qu'Uranus enveloppe la terre, et que son sein porte gravé l'immuable loi de la nature.


Uranus selon la théogonie phénicienne

La théogonie phénicienne de Sanchoniathon, qui fait un étrange amalgame de noms grecs et orientaux, présente Uranus comme un fils d'Hypsistos et de Béruth. La Terre est sa sœur. S'unissant à elle, il engendre quatre fils: Saturne, Bétyle, Siton et Atlas. Voulant faire périr ses enfants, il est détrôné par Saturne, aidé d'Hermès et de Minerve. Le nouveau monarque épouse Astarté, et en a Zeus, Bélos, Apollon, Typhon et Nérée. Cependant, Démaroon, le fils naturel d'Uranus, donne le jour à Melkarth, qui doit venger son aïeul.


Uranus chez les Latins

Chez les Latins, Uranus, ou plutôt Cœlus, passait pour le fils de l'Éther et du Jour. Outre la postérité empruntée à la mythologie grecque, on lui donne encore pour enfants Vulcain, Silène, né de son sang, Mercure, fils de Dia, et Vénus, fille du Jour.


Autres mythes :