Accueil > Les mythes commençant par V > Le mythe de vertumne (ou vertumnus)

Le mythe de Vertumne (ou Vertumnus)



Une divinité étrusque

Vertumne était l'une des divinités principales des Étrusques. Son culte fut apporté à Rome par la colonie volsinienne, qui habita d'abord le mont Cœlius, puis le Vicus Tuscus, mais il s'y altéra. Et pour les Romains, Vertumne ne fut plus qu'un dieu très secondaire.
La mythologie étrusque lui attribuait le pouvoir de changer de forme à son gré. Aussi le représentait-on sous des aspects divers. De là, le pluriel d'Horace, et le proverbe suivant lequel les gens inconstants et capricieux étaient nés iratis Vertumnis. Ces formes cependant se rapportant toujours à la vie champêtre, il est à croire que les anciens, en donnant à Vertumne cette diversité singulière, faisaient allusion à l'abondance et à la variété des dons et des phénomènes de la nature dans les différentes saisons, de sorte que Vertumne représentait tour à tour, et à la fois, le printemps, l'été et l'automne. Du reste, l'art étrusque paraît avoir représenté dieu d'après le type de Bacchus.
Les légumes, produits du printemps, et les récoltes de l'été étaient sous la protection de Vertumne. Mais il présidait surtout à celles de l'automne, le vin et les fruits.


Vertumne chez les Romains

Les Romains lui donnaient pour femme la déesse Pomone. Il parvint à la séduire en prenant diverses formes. Suivant Asconius Pédianus, il présidait au commerce.
Vertumne avait une statue célèbre à Rome, au coin du grand Vélabre et de la rue Vicus Tuscus. Il était représenté sous la figure d'un jeune homme, avec une couronne d'herbes de différentes espèces, tenant de la main gauche des fruits, et de la droite une couronne d'abondance.


Autres mythes :