Accueil > Les mythes commençant par V > Le mythe de victoire (ou nicé ou victoria)

Le mythe de Victoire (ou Nicé ou Victoria)



Une divinité allégorique

La Victoire est une déesse allégorique. Suivant Hésiode, elle était la fille de Pallas et du Styx, et la sœur de Zélos, de Cratos et de Bia. Ceux-ci ayant embrassé le parti de Jupiter dans la Titanomachie, le maître de l'Olympe leur donna une place dans la demeure des dieux.


Le culte et les représentations de la Victoire

On l'adorait dans l'Acropole d'Athènes. Sylla lui bâtit un temple à Rome, où elle—avait aussi une statue au Capitole. Cette statue, enlevée plusieurs fois dans la lutte entre le christianisme et le paganisme, disparut définitivement en 382, par les ordres de Gratien.
L'art antique a souvent représenté la Victoire à la suite d'autres divinités, et surtout avec Jupiter et Minerve, ou bien conduisant le char des triomphateurs. Son idéal est à peu près conforme à celui de Minerve. Ses attributs sont des ailes, un rameau de palmier et une couronne. On la voit aussi élevant des trophées ou gravant sur un bouclier les exploits des vainqueurs.


Autres mythes :