Accueil > Les mythes commençant par V > Le mythe de vishnou

Le mythe de Vishnou



Une divinité hindoue

Vishnou est le deuxième dieu de la trinité hindoue et le conservateur de la création. Dans quelques cosmogonies, il apparaît avant Brahma lui-même, sous la figure d'un jeune enfant porté sur les eaux. Une tige de lotus sortit tout à coup de son nombril, et Brahma naquit dans le calice de cette fleur. Les représentations figurées nous montrent alors Vishnou reposant sur une feuille de figuier ou sur le grand serpent Adicéchen, dont les nombreuses têtes se recourbent sur le dieu, en forme de dais.


Le rôle de Vishnou

Le rôle de Vishnou dans la cosmogonie indienne se compose d'une suite d'incarnations qui embrassent la totalité des temps. Nous allons exposer ces incarnations, en faisant remarquer qu'elles offrent de nombreuses divergences, trop complexes pour être mentionnées ici. Les quatre yougas, ou périodes qui embrassent la durée de l'univers, commencent par le Crita-Youga, âge de justice, où tous les hommes étaient également bons et vertueux. Suivent ensuite le Trétayouga, le Douaparayouga, et le Kaliyouga, l'âge actuel, dans lesquels le mal augmente proportionnellement au décroissement de la vie humaine. La durée des âges suit semblable proportion.
Les quatre une yougas forment un âge divin, et se composent de 12 000 années des dieux, ou 4 320 000 années des hommes. 1 000 âges divins ne font qu'un jour de Brahma, ou un Calpa, c'est-à-dire 4 320 000 000 d'années humaines. Chacun de ces Calpas est terminé par un déluge, suivi d'une nouvelle création.
Des dix incarnations de Vishnou, la dernière n'a pas eu lieu. Les quatre premières appartiennent au Satiayouga, les trois suivantes au Douaparayouga ; la huitième et la neuvième au Trétayouga.


Les premières incarnations de Vishnou

Les quatre premières incarnations, qui nous offrent Vishnou sous la forme d'un poisson, d'une tortue, d'un sanglier et d'un lion, rappellent sans doute, excepté la dernière, le souvenir de quelque grande révolution du globe par les eaux. On y remarquera avec intérêt l'ascendance de l'échelle animale. La première porte le nom de Matsiavataram (descente du poisson). La seconde, Kourmavataram (incarnation en tortue), eut lieu à l'occasion suivante: Les dieux et les mauvais génies ayant résolu, chacun de leur côté, de composer un breuvage qui donnât l'immortalité, une lutte violente s'éleva entre eux, et, le mont Mérou s'enfonçant dans l'abîme, la terre allait être bouleversée, lorsqu'apparut Vishnou, métamorphosé en tortue, dont le dos soutint l'univers. Cependant le serpent Adicéchen s'était enlacé autour du Mérou, et la montagne tournait sous la main des dieux et des démons, qui tenaient les uns la tête, les autres la queue du monstre, de la gorge duquel sortit alors un poison terrible. Vishnou l'avala pour sauver l'univers. De là sa couleur bleue.
Le mouvement de rotation du Mérou baratta la mer de lait, à la surface de laquelle apparut l'Amrita et diverses autres productions remarquables: la lune, l'éléphant blanc à trois trompes, l'escarboucle que Vishnou porte sur la poitrine, et où les choses humaines et divines viennent se réfléchir, le cheval Outchaisrava, la vache allée, l'arbre Kalpavrikcham, la belle Lakchmi. Le barattement terminé, Dhanouantari, médecin des dieux, présenta l'Amrita à Vishnou, qui la distribua aux dieux. Les mauvais génies, furieux, se répandirent sur la terre, et commencèrent à la désoler.


Les incarnations suivantes de Vishnou

Le second Youga présente le pouvoir de Vishnou, sous une face nouvelle et infiniment plus noble. On y reconnait le progrès intellectuel d'une époque moins primitive, et l'assimilation au dieu de personnages ou de conceptions qui paraissent avoir eu, dans l'origine, une existence indépendante de son mythe.
Vishnou y apparut sous les formes de Vamana, de Parasou-Rama, et de Rama. Ces légendes ont trait non plus à des révolutions géologiques, mais à des dépossessions de cultes.
Les deux incarnations qui suivent sont celles qui représentent Vishnou en Krishna et en Bouddha. Ici, la huitième incarnation est en quelque sorte double, en ce que Krishna a pour frère aîné Bala-Rama, pieux héros, bienfaiteur de l'humanité, et grand agriculteur, lequel passe souvent pour une forme de Vishnou.


La dernière incarnation de Vishnou

La dixième incarnation de Vishnou terminera l'âge noir. Le dieu apparaîtra sous la forme du cheval blanc Kalki, pour traverser l'univers, punir les méchants et tout régénérer. La terre tremblera, les astres s'obscurciront et tous les mondes seront brûlés par le venin de feu du serpent Adicéchen.


Le culte de Vishnou

Le culte de Vishnou est répandu aujourd'hui dans l'Inde entière. Le dieu est représenté dans les temples, à côté de sa femme Lakchmi. Sa figure est bleue. Ses attributs sont le padma, le sceptre, le tchakra, ou disque enflammé, la flèche flamboyante, la massue, la triple tiare, l'escarboucle Kastrala. Il habite le Vaikounta, et parcourt les airs sur l'oiseau Garoudha, ou sur un épervier.


En complément :

Autres mythes :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus