Accueil > Les mythes commençant par I > Le mythe de iphigenie

Le mythe de Iphigenie



La fille d'Agamemnon

Iphigenie est la fille d'Agamemnon et de Clytemnestre. Il n'en est nullement question dans Homère. Suivant ce poète, les trois filles du chef de l'armée grecque sont Chrysothémis, Laodicé et Iphianasse, qui ne quitta pas le séjour de Mycènes. Sophocle la fait apparaître nominalement, à côté d'Électre (Laodicé), d'Iphianasse et de Chrysothémis ; et Euripide la substitue à Iphianasse, ce qui fait que les mythologues modernes l'ont toujours confondue avec cette dernière.
Suivant Stésichore, Iphigénie était fille d'Hélène et de Thésée, et avait été confiée à Clytemnestre. Enfin, une tradition insolite, rapportée dans Pausanias, la fait naître d'Agamemnon et de la fille de Chrysès.


Iphigénie sauvée par Diane

La flotte des Hellènes se trouvant dans le port d'Aulis, prête à faire voile pour la Troade, des vents contraires vinrent empêcher le départ. Suivant Dictys de Crète, une peste frappa l'armée. La cause de cet obstacle apporté par les dieux à l'expédition projetée n'était autre que le courroux de Diane. La déesse se vengeait de ce qu'Agamemnon s'était vanté d'être plus habile chasseur qu'elle, ou avait tué une biche dans un bois consacré à la sœur d'Apollon. Une autre tradition dit qu'il avait juré d'immoler à la déesse ce qui lui naîtrait de plus beau dans l'année. Iphigénie naquît, et le père négligea son vœu. Force fut de recourir à l'oracle. Calchas déclara qu'il fallait sacrifier la jeune fille. Mais au moment de l'immolation, Diane lui substitua sur l'autel une biche, une ourse, un taureau, ou une vieille femme, et transporta la fille d'Agamemnon en Tauride, où elle l'établit sa prêtresse, lui faisant une loi de sacrifier les étrangers qui abordaient sur ces plages inhospitalières.
Reconnue par Oreste, sa sœur s'enfuit avec lui, et tous deux débarquèrent à Brauron, dème de l'Attique, où Iphigénie consacra un temple à Diane, dont elle continua d'être la prêtresse jusqu'à sa mort.


La mort d'Iphigénie

Il y a diverses traditions relatives à la fin d'Iphigénie:

  • Élevée au rang des déesses sous le nom d'Hécate, elle est proprement la divinité adorée en Tauride.
  • Enterrée à Brauron, comme prêtresse de Diane, on déposait sur son tombeau les vêtements des femmes mortes en couches. On montrait aussi son tombeau et son héroum à Mégare.
  • Douée par Diane de l'immortalité et d'une jeunesse éternelle, elle partage, sous le nom d'Oriloquie, l'heureuse existence d'Achille dans l'île de Leucé.

Autres mythes :