Accueil > Les mythes commençant par O > Le mythe de œuf de serpent

Le mythe de Œuf de serpent



Une sorte d'amulette

L'œuf de serpent est une sorte d'amulette, qui paraît n'avoir été autre chose qu'une échinite, et qui jouissait d'un grand crédit chez les Gaulois. Elle présentait la figure d'une pomme de moyenne grosseur, dont la substance dure et blanchâtre était recouverte de fibres et d'excroissances pareilles aux tentacules du polype. Les druides répandaient sur la formation et sur la conquête de ce précieux talisman des fables absurdes, auxquelles pourtant le plus célèbre des naturalistes de l'antiquité semble ne pas refuser toute croyance.
« Durant l'été, raconte Pline, on voit se rassembler dans certaines cavernes de la Gaule des serpents sans nombre, qui se mêlent, s'entrelacent, et avec leur salive, jointe à l'écume qui suinte de leur peau, produisent cette espèce d'œuf. Lorsqu'il est parfait, ils l'élèvent et le soutiennent en l'air par leurs sifflements. C'est alors qu'il faut s'en emparer, avant qu'il ait touché la terre. Un homme aposté à cet effet s'élance, reçoit l'œuf dans un linge, saute sur un cheval qui l'attend, et s'éloigne à toute bride, car les serpents le poursuivent jusqu'à ce qu'il ait mis une rivière entre eux et lui. »


Les conditions pour en faire une amulette

Pour que cet œuf fût réputé de bon aloi au jugement des druides, il devait surnager lorsqu'on le plongeait dans l'eau, même entouré d'un cercle d'or. Il fallait aussi qu'il eût été enlevé à une certaine époque de la lune. Quand il avait été éprouvé, on l'enchâssait précieusement, et on le suspendait à son cou. Il était doué d'une vertu miraculeuse pour faire gagner les procès et ouvrir un libre accès auprès des rois. Les druides le portaient parmi leurs ornements distinctifs.


Autres mythes :