Accueil > Les mythes commençant par M > Le mythe de mânes (ou macar)

Le mythe de Mânes (ou Macar)



Les âmes des morts

Les Mânes sont les âmes des morts. Primitivement ce mot signifiait les bons, et on l'employait à Rome comme Macar (heureux), chez les Grecs, pour éviter l'usage d'une expression plus triste et plus directe.
De plus, la croyance, générale chez les anciens, que les âmes des bons approchaient en quelque sorte d'une nature divine dans le monde souterrain où elles jouissaient d'une grande félicité, fit qu'on mit les Mânes au rang des dieux. Chaque fils supposait que son père avait mérité l'apothéose. De là l'immense famille des dii Manes, au milieu de laquelle les hommes ne pouvaient être admis qu'après avoir été soumis à la mort, et s'être régénérés dans le sein de la déesse Mania, soit qu'ils dussent habiter les enfers, soit qu'ils dussent retourner sur la terre comme Lares déifiés.
On voit quel rapport il y a entre eux et les Lémures, Lares, Larves, etc. Du reste, on ne saurait préciser la différence qui existait entre ces diverses conceptions fantastiques dans l'esprit des anciens. Dans les poètes, Mânes ne paraît avoir d'autre sens que celui d'âme survivant à la destruction du corps, sans distinction de bonne ou de mauvaise direction.


Les fêtes en l'honneur des Mânes

On célébrait trois fêtes chaque année en l'honneur des Mânes, qui étaient censés, pendant leur célébration, sortir des enfers par une ouverture alors découverte, mais habituellement bouchée par la pierre manale (lapis manalis). On célébrait aussi en l'honneur des Mânes les Féralies, et nul ne se dispensait de leur rendre un culte.


Les protecteurs des tombeaux

Les tombeaux étaient sous leur protection, et chaque épitaphe portait en tête Dis Manibus. Les lieux destinés à la sépulture des morts, toujours dédiés aux dieux d'en bas (diis inferis), étaient appelés loca religiosa ; tandis que ceux dédiés aux dieux d'en haut (diis superis), étaient nommés loca sacra.
Le cyprès était consacré aux dieux Mânes. Le bruit et le son de l'airain et du fer leur étaient insupportables, et les mettaient en fuite, ainsi que les ombres des enfers. Mais la vue du feu leur était agréable. Aussi, tous les peuples d'Italie renfermaient dans les tombeaux des lampes tétragones.


Autres mythes :